Republier
Côte d'Ivoire

Côte d'Ivoire: l'opposition vent debout contre la réforme de la CEI

Bamba Moriféré, président du Rassemblement du peuple de Côte d'Ivoire (RPCI).
© ©RPCI

Le projet de loi sur la nouvelle Commission électorale en Côte d'Ivoire ne passe pas dans l'opposition. Sommé par la Cour Africaine des droits de l'homme et des peuples de rendre la CEI plus indépendante, le régime avait entamé en janvier des discussions en vue de la recomposer. Or l'opposition et la majeure partie de la société civile demandaient une réforme en profondeur. Ce jeudi 4 juillet, la plateforme de 23 partis de l’opposition, autour du PDCI, ainsi que les groupes parlementaires d’opposition se sont réunis pour organiser la riposte politique.

15 membres au total. Parmi eux, trois représentants du parti au pouvoir, trois de l’opposition, six de la société civile, un du conseil supérieur de la magistrature, auxquels s'ajoutent un membre nommé par le président de la République et un par le ministre de l’Intérieur.

Pour l’opposition qui réclamait une réforme profonde, la future Commission électorale prévue par le projet de loi ne sera pas plus indépendante que la précédente. Ce qui n'est pas surprenant pour Alain Lobognon, député du groupe Rassemblement, proche de Guillaume Soro.

« Nous ne sommes pas surpris. Nous savions que le gouvernement n'allait jamais faire cette réforme. Pour nous, il faut une CEI débarrassée des représentants des partis politiques, une CEI débarrassée des représentants du gouvernement. Il apparaît clairement que ce gouvernement se donne tous les moyens de confisquer le pourvoir. Il se donne les moyens de ne pas organiser des élections en 2020. »

Pour Moriféré Bamba, président du RPCI , membre de la plateforme d’opposition, cette recomposition de la CEI est un signe de plus des « reculs démocratiques que le régime Ouattara fait subir à la Cote d’Ivoire ».

« Le régime vient d'opérer un passage en force, affirme le président du RPCI. c'est devant cette situation que le groupe parlementaire de l'opposition et les partis politiques se retrouvent pour unir nos forces et engager la résistance face à ce qui est ni plus ni moins que la tentative d'instauration d'une dictature en Côte d'Ivoire. »

Autre sujet de colère de l’opposition : la nouvelle carte d’identité à 5 000 francs. Pour les partis de l'opposition, la manœuvre est destinée à écarter les Ivoiriens les plus pauvres de l’enrôlement sur les listes électorales. Ils appellent donc à un grand rassemblement de protestation ce samedi 6 juillet.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.