Republier
Algérie

Algérie: le «Forum du dialogue national» invite la société civile

Le «Forum national pour le dialogue», s'est tenu ce lsamedi 6 juillet, à l'École de gestion des hôtels et restaurants de la banlieue d'Alger.
© RYAD KRAMDI / AFP

C’est le résultat de rencontres quasi hebdomadaires depuis 5 mois. En Algérie, des partis d’opposition, dont les principaux partis islamistes, ont présenté une plateforme de propositions lors du « Forum de dialogue national » où ils avaient invité la société civile. Une initiative importante qui vise à réunir avant d’aller négocier avec les autorités.

L’objectif est de créer les conditions pour organiser une élection présidentielle, comme l’explique Ali Benflis, ancien Premier ministre.

« Mon objectif est d’aller rapidement vers la présidentielle dans quelques mois, dit-il. Il faut une commission indépendante d’organisation des élections, écarter l’administration actuelle parce qu’elle a été à l’origine de toutes les fraudes par le passé et un nouveau Code électoral. »

Pour ce forum, les partis ont invité plus d’une centaine d’organisations de la société civile, des personnalités politiques, mais aussi d’autres partis qui ont des feuilles de route différentes.

« L’objectif, c’est d’arriver à un consensus entre les initiatives qui se trouvent sur la scène politique et de mettre en place une seule plateforme qui représente l’unanimité des partis politiques et des associations, des syndicats, etc. », souligne Lakhdar Benkhelaf, député du parti El Adala, l’un des partis à l’initiative du forum.

Pourtant, du côté des associations, les participants déplorent d’avoir été mis au second plan, comme cet étudiant qui vient du centre du pays.

« Beaucoup de jeunes n’ont pas aimé la session de ce matin. C’était de la langue de bois. Les jeunes n’ont pas eu l’impression qu’il y avait un dialogue, mais plutôt qu’on était en campagne électorale », affirme-t-il.

Des imams aux étudiants, tout au long de l’après-midi, les représentants de la société civile ont prévenu les partis : il faudra compter avec eux.

À lire aussi : Algérie: les manifestants réclament l'arrestation du chef d'état-major

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.