Quelles conséquences de la Zlec pour les exportations sud-africaines?

Le président sud-africain Cyril Ramaphosa et le ministre rwandais des Affaires étrangères Richard Sezibera lors du sommet de l'Union africaine au Palais des Congrès, à Niamey, le 7 juillet 2019.
© ISSOUF SANOGO / AFP

54 pays africains ont ratifié le grand accord de libre-échange à Niamey ce dimanche, et déjà se posent les questions des tarifs douaniers qui seront négociés, mais aussi des avantages concrets de cette zone de libre-échange pour les pays africains. Exemple en Afrique du Sud, le pays qui exporte le plus vers le reste du continent.

La nation arc-en-ciel est déjà le moteur du commerce intra-africain, avec presque un produit sur trois exporté vers le reste de l’Afrique, quasiment deux fois plus que la moyenne du continent. Cyril Ramaphosa est d’ailleurs l’un des grands artisans de cette Zlec. Le président sud-africain a même émis l’idée de créer une monnaie unique africaine à plus long terme. 

Une aubaine pour l’Afrique du Sud

L’Afrique du Sud a beaucoup à gagner. Le pays inonde déjà ses voisins d’Afrique australe de ses produits manufacturés, ses services bancaires et de télécommunications. Avec cette Zlec, Pretoria peut agrandir le champ de ses partenaires, et notamment viser le marché ouest-africain, délaissé pour l’instant. 

Deux secteurs sont en tête : les exportations agricoles d’abord, mais aussi et surtout le secteur automobile, une priorité du gouvernement. L’Afrique du Sud produit et assemble les véhicules de presque tous les grands constructeurs mondiaux et représente un tiers des ventes du continent. Une aubaine pour la nation arc-en-ciel, qui a récemment reçu la promesse de plus de 3 milliards d’euros d’investissements par différents constructeurs automobiles.

►À lire aussi : Sommet de l’UA: la Zlec entre officiellement dans sa phase opérationnelle

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.