G5 Sahel: Guterres et Faki Mahamat demandent le soutien du Conseil de sécurité

Moussa Faki Mahamat.
© Flickr/CC/Chatham House/©Suzanne Plunkett 2017

Ce mercredi et ce jeudi, 1 130 participants issus de 185 pays sont à Nairobi pour une conférence sur le contre-terrorisme et la prévention de l’extrémisme violent en Afrique. Le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres et le président de la Commission de l’Union africaine, Moussa Faki Mahamat, en ont profité pour lancer un plaidoyer en faveur du G5 Sahel, ce contingent de 5 000 Mauritaniens, Maliens, Burkinabè, Nigériens et Tchadiens déployé pour combattre le terrorisme dans la sous-région.

Cinq ans déjà que le G5 Sahel est né. Pourtant, le constat est amer : les terroristes sont loin d’être vaincus. Hier le président de la Commission de l’Union africaine, Moussa Faki Mahamat, a directement pointé du doigt le Conseil de sécurité de l’ONU. « J'avoue que nous avons de la peine à comprendre les atermoiements en ce qui concerne les financements des opérations africaines de maintien de l'ordre. Les États africains ont mis leurs maigres moyens pour répondre à cette menace et la demande insistante de l'Afrique n'a pas pu trouver jusque-là les moyens des Nations unies pour faire face, et c'est du ressort du Conseil de sécurité des Nations unies. »

►A lire aussi : G5 Sahel: le commandant de la force attend des «moyens qui tardent à venir»

Le G5 Sahel n’est pas placé sous chapitre 7 de la charte des Nations unies. Impossible donc d’utiliser les moyens de l’ONU ou d’en faire une force de casques bleus. Au grand regret de son secrétaire général Antonio Guterres. « J’ai clairement dit au Conseil de sécurité que le G5 devait être financé par des contributions onusiennes. Ça lui donnerait plus de capacités. Ça n’a pas été accepté. L’organisation est formée avec des ressources moins prévisibles et un mandat plus faible. Malheureusement le terrorisme progresse. Maintenant le Ghana, le Bénin, le Togo, la Côte d’Ivoire disent qu’il arrive à leurs frontières. Il est crucial que les forces africaines anti-terroristes aient le mandat adéquat », dit-il.

En mars, le Conseil de sécurité a autorisé un partenariat avec la force de maintien de la paix Minusma qui fournit désormais une aide en transport, carburant et rations alimentaires. Trop insuffisant, selon les pays africains.

►A lire aussi : G5 Sahel: l'UE annonce une aide additionnelle de 138 millions d'euros

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.