Présidence du Sénat en RDC: Modeste Bahati Lukwebo suspendu du FCC

L'ancien président congolais Joseph Kabila garde une influence importante sur la vie politique du pays.
© TONY KARUMBA / AFP

Le candidat à la présidence du Sénat Modeste Bahati Lukwebo a été suspendu ce mardi 10 juillet pour une durée indéterminée par le Front commun pour le Congo (FCC). Il lui est reproché de maintenir sa candidature, alors que la plateforme dirigée par Joseph Kabila a choisi l’ancien ministre Alexis Thambwe Mwamba.

La bataille au sein du Front commun pour le Congo en RDC se radicalise. Et Modeste Bahati paye au prix fort sa candidature à la présidence du Sénat. Le président de l'AFDC-A, un regroupement politique membre du FCC, vient d'être exclu de la coalition de l'ancien président Joseph Kabila. Conséquence de son refus de retirer sa candidature. Le FCC avait en effet désigné Alexis Thambwe Mwamba comme son candidat officiel pour occuper ce poste.

« La conférence des présidents décide ce qui suit : la mobilisation générale de tous les sénateurs autour du ticket du FCC qui sera porté par l’honorable Alexis Thambwe Mwamba ; la suspension à durée indéterminée de l’honorable Bahati, responsable du regroupement politique AFDC-A du FCC. Il est demandé aux cadres et élus du regroupement AFDC-A, de présenter à la coordination du FCC un nouveau leadership devant représenter leur regroupement auprès des organes du FCC. Les chefs des regroupements réaffirment leur loyauté à l'autorité morale du FCC, l'honorable sénateur Joseph Kabila Kabange », a expliqué Jean-Lucien Bussa, le porte-parole du FCC.

« C’est une dictature qui ne dit pas son nom »

Modeste Bahati dénonce un règlement de compte politique : « Il y a des problèmes de haine, de jalousie, de règlement de compte dans la famille politique. Les gens ont peur de la vérité, les gens ne veulent pas qu’on leur dise les choses en face et donc c’est juste un règlement de compte, ce n’est rien d’autre, c’est de l’injustice que nous nous condamnons. C’est une dictature qui ne dit pas son nom. Je peux considérer que tout cela est simplement entretenu pour chercher à nous affaiblir, mais bon nous avons la conviction et je crois que ce qui est important c’est que la grande majorité du parti et du mouvement suit notre ligne de conduite. »

Par ailleurs, Modeste Bahati a annoncé qu'il maintenait sa candidature, dans une première réaction au site d'information actualité.cd, ajoutant qu'il prenait son « autonomie ».

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.