Republier
Burundi Médias

Burundi: le chef des Imbonerakure nommé à la tête de la radiotélévision

Un défilé des Imbonerakure en septembre 2012
© Desire Nimubona/IRIN/www.irinnews.org

Au Burundi, c'est désormais le chef du chef de la ligue des jeunes du CNDD-FDD, le parti au pouvoir au Burundi, qui dirige la radiotélévision nationale RTNB, à moins d'une année des élections générales dans le pays, dont une présidentielle à laquelle l'actuel chef de l'État a promis de ne pas participer. Mais problème, l'organisation des droits de l'homme Human Rights Watch a rappelé hier dans une déclaration que les Imbonerakures se sont rendus coupables d'exactions notamment d'arrestations ou d’assassinats. Le Burundi est sous le coup d'une enquête de la CPI pour crimes contre l'humanité et cette cour accuse la ligue des jeunes d'être au coeur du système répressif burundais. De quoi inquiéter l’opposition.

Le symbole est fort de l'avis même de certains journalistes de la radiotélévision nationale du Burundi.

C'est le propre chef des Imbonerakure, la ligue des jeunes du parti au pouvoir, que l'ONU qualifie de milice, qui trône depuis deux jours à la tête de la seule radiotélévision publique du pays.

Jusqu'ici directeur général d'une société sucrière, Éric Nshimirimana ne connaît rien aux médias. Un journaliste de la RTNB estime qu'il a été nommé « pour assurer au parti CNDD-FDD une mainmise totale sur ce média, très écouté en milieu rural ».

C'est aussi un message à l’opposition interne pour lui dire que « le système médiatique est totalement sous contrôle à moins d'une année de la présidentielle prévue le 20 mai 2020 », accuse sous anonymat une figure de la société civile encore au Burundi.

L’organisation Human Rights Watch a dénoncé de son côté « une nomination qui porte un coup dur à toutes les victimes d'abus perpétrés par les Imbonerakure, ainsi qu’à la liberté de la presse au Burundi ».

Lewis Mudge
13-07-2019 - Par Esdras Ndikumana

La présidence du Burundi n'a pas voulu réagir hier, mais un haut cadre a rejeté des accusations qu'il met sur le compte « des médisances » et autres « calomnies ».

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.