Republier
Mali

Mali: concertations pour la sécurité et le développement en zones frontalières

Des militaires maliens à Menaka, non loin de la frontière nigérienne, est frappée par une insécurité massive, ici le 9 mai 2018.
© Sebastien RIEUSSEC / AFP

Au Mali, des concertations pour la paix, la sécurité et le développement en zones frontalières se sont ouvertes, ce lundi 15 juillet, à Sikasso, au sud-est du pays, à la frontière avec le Burkina Faso. Le Premier ministre Boubou Cissé s'est déplacé pour présider la cérémonie d'ouverture.

A l'initiative de l'Union africaine et de l'UEMOA, ces concertations rassemblent notamment des représentants de l'Etat malien, des collectivités, des chefs coutumiers, des représentants de la société civile ainsi que les représentants spéciaux pour le Mali des Nations unies et de l'Union africaine.

Ces discussions doivent permettre de « prévenir les crises et de restaurer la paix » dans les régions frontalières. L'objectif est ambitieux et le gouvernement malien s'est donné quatre jours pour jeter les bases d'un dialogue inclusif. Initiées à Sikasso, ces concertations doivent ensuite s'étendre à l'ensemble des régions frontalières du pays.

« Nous allons parler de cohésion sociale, du vivre ensemble, de la libre circulation des personnes et des biens », explique Yaya Sangaré, porte-parole du gouvernement.

« Parler des zones frontalières est indispensable », commente Harouna Sankaré, maire de la commune de Ouenkoro, dans le centre du Mali, à la frontière avec le Burkina Faso.

Sa collectivité a subi une attaque d'hommes armés venus du Burkina, il y a quinze jours, tuant plus d'une vingtaine de personnes.

« La priorité c'est de désarmer, de restaurer l'autorité de l'État et de créer de l'emploi » conclut l'édile.

Aujourd'hui de nombreux circuits commerciaux avec le Niger et le Burkina Faso sont rompus. Pour autant, cette première phase des concertations maliennes n'implique pas des acteurs de l'autre côté des frontières, ce que déplore Mahamadi Togola, coordonnateur au Mali du Réseau ouest-africain pour l'édification de la paix.

« A l'issue d'un dialogue, il faut dégager une feuille de route. S'il n'y a pas de coordination, ça ne peut pas fonctionner », explique-t-il.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.