Bénin: Patrice Talon rencontre les partis politiques

Le président du Bénin Patrice Talon le 10 avril 2017 à Abidjan (Côte d'Ivoire).
© Sia KAMBOU / AFP

La rencontre entre Patrice Talon et les partis politiques qui ont déposé leurs dossiers pour se conformer à la nouvelle charte des partis politiques a débuté ce lundi 15 juillet.

Le 20 mai, face à une violente crise post-électorale, le chef de l’État béninois avait promis un dialogue « franc et direct ». Ce lundi 15 juillet, à la présidence de la République, Patrice Talon a réuni une dizaine de partis politiques, dont ceux de l’opposition recalés pour les législatives d’avril 2018. 

Seul le parti de son ancien ministre délégué devenu opposant, Restaurer l’Espoir de Candide Azannai, a boycotté la rencontre. Le FCBE de Boni Yayi, l’USL de Sébastien Adjavon et le Parti communiste, ses farouches adversaires, ont répondu à l’invitation.

Les revendications politiques viendront dans un second temps

Même si, dans son introduction, le chef de l’État béninois a parlé de « grande controverse électorale suivie d’épreuves » ou encore de « reconstruction de ce qui est abîmé », l’ordre du jour était essentiellement consacré à la reconnaissance officielle des partis invités. Il leur manque à tous le fameux certificat de conformité, qui a coûté aux principaux partis d’opposition la non-validation de leurs listes.

Pas de revendications politiques dans les débats : le président, qui tenait à son ordre du jour, a précisé que les exigences viendront dans un deuxième temps, avec des partis régulièrement constitués. L’existence légale est donc indispensable.

►À lire aussi : Bénin: le président Talon reçoit les recalés des législatives

L'opposition se dit « déçue »

Un planning a été établi et jeudi, le ministre de l’Intérieur en charge de la délivrance des récépissés recevra les partis recalés ou en attente du nouveau statut juridique. Le but : les aider à rendre leurs dossiers éligibles. Le chef de l’État souhaite que les choses aillent vite, mais dans les règles de l’art.

L’opposition, quant à elle, considère toujours le président Talon comme le chef suprême de l'administration, qui aurait le pouvoir de lever rapidement les « blocages artificiels ».

Nous sortons assez surpris et même déçus.

Fidèle Sonon, porte-parole du parti Union Social Libérale, après la rencontre avec Patrice Talon
16-07-2019 - Par Jean-Luc Aplogan

 

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.