Lac Tchad: réunion des gouverneurs des provinces limitrophes

Vue du lac Tchad prise le 16 juillet 2016 dans la région de Bol, chef-lieu de la région du Lac.
© SIA KAMBOU / AFP

Les gouverneurs des huit régions transfrontalières du lac Tchad se réunissent pour 48 heures à Niamey, au Niger. Consolidation de la paix et développement durable sont à l'ordre du jour.

Pour la deuxième fois depuis 2018, les gouverneurs des huit zones du lac Tchad les plus touchées par l’insurrection de Boko Haram se réunissent lors d’un forum de 48 heures à Niamey, au Niger. De l’avis de nombreux participants, l’ampleur de la crise de Boko Haram est phénoménale et ses causes complexes.

Il existe d’abord un déficit structurel en matière de développement, une rupture de contrat social avec une insurrection violente perpétrée par les extrémistes, et enfin, une catastrophe environnementale annoncée irréversible. Boko Haram échappe au contrôle des frontières de quatre pays, ce qui nécessite, dit-on, une réponse régionale et appropriée.

2,5 millions de déplacés

Pour le représentant régional des Nations unies en Afrique de l’Ouest et au Sahel, Mohamed Ibn Chambas, le forum de Niamey offre une feuille de route pour sortir de la crise. Les populations du bassin du lac Tchad demandent des actions concrètes et Boko Haram doit être vaincu, a-t-il ajouté. Mais la solution militaire ne suffit pas pour un responsable de l’État de l’Adamawa au Nigeria. Selon lui, il faut intégrer les repentis de Boko Haram, impliquer les communautés locales et passer de l’urgence au développement.

Selon le bureau des Nations unies pour la coordination de l’aide humanitaire au Tchad, les conditions de retour des 2,5 millions de déplacés ne sont pas encore réunies. La seule lueur d’espoir est venue de la Force mixte multinationale (FMM). Selon son commandant en chef, la situation sécuritaire s’est beaucoup améliorée depuis la dernière opération militaire. Au total, 800 éléments de Boko Haram ont été tués ou capturés dans le lac Tchad.

►À (ré)écouter : Dangbet Zakinet: «L'impact de Boko Haram est énorme» sur la région du lac Tchad

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.