Marcel de Souza, ancien Président de la Commission de la Cédéao, est décédé

Marcel de Souza, ici à Niamey le 24 octobre 2017. En tant que président de la Cédéao, il considérait qu'une monnaie unique ne pourrait pas voir le jour en 2020.
© BOUREIMA HAMA / AFP

Beau-frère de l’ancien président Boni Yayi, cet ancien haut fonctionnaire de la Banque centrale des Etats de l'Afrique de l'Ouest est mort mercredi 17 juillet à Paris des suites d’une crise cardiaque. La disparition à 65 ans de celui qui fut successivement conseiller, député et ministre au Bénin pendant les années Yayi est largement évoquée et commentée au Bénin.

Marcel de Souza est, d’abord, un banquier qui a fait avec une belle carrière à la Banque centrale des Etats de l'Afrique de l'Ouest. Né à Pobè au Bénin le 30 octobre 1953, il est issu d’une fratrie de 11 enfants.

Il entre en politique grâce à l’ancien chef d’État Boni Yayi, son ami et collègue à la banque centrale. Ce dernier épouse d’ailleurs sa sœur Chantal et devient son beau-frère. Lorsque Boni Yayi se présente pour la présidence, il en fait son porte-parole. Une fois élu, Marcel de Souza est nommé conseiller puis ministre du Développement.

Président de la Commission de la Cédéao de 2016 à 2018

Les deux hommes connaissent des moments de brouille. Lorsque Boni Yayi impose Lionel Zinsou comme candidat, il désapprouve publiquement. Malgré ça, il ne lui retire pas sa confiance et l’envoie à la Cédéao comme président de la Commission, poste que Marcel de Souza occupe d’avril 2016 à février 2018. Son premier dossier chaud y sera la gestion de la crise postélectorale gambienne qui a débouché sur le départ de Yaya Jammeh.

Homme libre de ses idées, Marcel de Souza avait la parole forte. Le professeur Joël Aivo, grande figure de la société civile lui a rendu hommage en ces termes : « Un grand homme nous a quittés. Son expérience et sa voix manqueront au Bénin et à la sous-région ».

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.