Mayotte reste un point de «désaccord» entre Macron et le président comorien

Le président français Emmanuel Macron et son homologue comorien Azali Assoumani, le 22 juillet 2019 à l'Elysée.
© Ian Langsdon/Pool via REUTERS

Le chef de l'État français a reçu à l'Élysée le président Azali Assoumani, lundi 22 juillet. Lors d'une conférence de presse, ils sont notamment revenus sur le contentieux qui les divise : Mayotte.

Face à la presse et en présence de plusieurs élus mahorais, le chef de l'État français l’a réaffirmé lundi : Mayotte fait partie de la France.

« Mayotte est française, pour nous. Cela n'est pas reconnu comme tel par l'Union des Comores. Sa population s'est clairement exprimée à plusieurs reprises sur ce point. Et la France est profondément attachée, respecte le droit des peuples à disposer d'eux-mêmes. »

►A lire aussi: Mayotte en 10 dates clés: colonisation, départementalisation et crise sociale

Des propos prononcés en référence au référendum de 1974. Mayotte avait alors décidé de rester française. Un vœu renouvelé deux ans plus tard en 1976. Mais toujours contesté par le président des Comores.

« Je dois compléter le président Macron par rapport à la question de Mayotte. Il a dit que Mayotte est française. Mais pour nous, Mayotte est comorienne, rappelle Azali Assoumani. (...) Des erreurs ont été commises de part et d'autre. Ce que l’on fait maintenant, le dialogue, il aurait fallu le faire un peu avant. On ne l'a pas fait. Mais mieux vaut tard que jamais. »

Depuis 2011, Mayotte est devenue le 101e département français. Les Nations unies ont condamné Paris à plusieurs reprises à ce sujet, dénonçant par le passé « une violation de l'unité nationale » et « de l'intégrité territoriale » de la République des Comores.

Malgré ce désaccord persistant, les deux chefs de l'État se disent déterminés à avancer ensemble dans l'intérêt de leurs pays respectifs.

Emmanuel Macron et Azali Assoumani ont notamment annoncé la signature d'un accord-cadre destiné à soutenir le développement des Comores. Le texte prévoit une aide française à hauteur de 150 millions d'euros sur trois ans.

Pour Achmet Saïd Mohamed, ex-candidat à la présidentielle de mars et leader du mouvement Hury, la France n'aurait pas dû réserver un tel accueil au président des Comores. Achmet Saïd Mohamed est aujourd'hui exilé en France.

voir ce genre de personnage à l'Elysée est scandaleux

Achmet Saïd Mohamed, leader du mouvement Hury, dénonce l'accueil réservé à Azali Assoumani
23-07-2019 - Par Clémentine Pawlotsky

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.