Republier
Madagascar

Madagascar: les résultats du recensement connus dans les prochaines semaines

Une vue de la capitale Antananarivo à Madagascar.
© REUTERS/Thomas Mukoya

Connaîtra-t-on bientôt le nombre d’habitants à Madagascar ? Le dernier recensement de la population date de 1993. Le pays comptait 12,3 millions d’habitants. Ils seraient plus du double aujourd’hui. Lundi 22 juillet, l’Institut national de la Statistique a annoncé qu’il rendrait public d’ici quelques semaines les résultats préliminaires du recensement général effectué l’année dernière. Des résultats très attendus que l’organisme devait publier il y a huit mois déjà.

45 000 agents de l’Institut national de la Statistique ont parcouru toute l’île l’année dernière pour recenser la population. Un budget de 26 millions de dollars a été débloqué par les bailleurs de fonds pour permettre cette opération colossale. Mais les résultats préliminaires, c’est à dire l’effectif global de la population, se font toujours attendre et ont été reportés plusieurs fois.

« Madagascar est un vaste pays, toute la population a été enquêtée et cela fait un gros travail. Nous sommes actuellement en cours de saisie des différents questionnaires, nous explique Zefania Romalahy, le directeur général de l’INSTAT. Cette saisie prend du temps et les résultats préliminaires seront rendus publics très prochainement. C’est une question de semaines. On ne dort pas, ça tourne 24h/24h pour essayer de répondre aux attentes des gens le plus rapidement ».

Une grande aide pour établir la liste électorale

Les résultats définitifs doivent être publiés en septembre ou octobre, précise l’INSTAT. Des chiffres essentiels notamment pour mettre en place des politiques publiques adéquates. Des données importantes aussi en période électorale comme c’est le cas cette année.

Si on connaissait le nombre exact de la population à Madagascar, on pourrait faire un calcul très simple pour savoir quel doit être le nombre d’électeurs et ça nous aiderait beaucoup pour établir la liste électorale, nous a expliqué Thierry Rakotonarivo, le vice-président de la Céni. La liste électorale a été très critiquée lors de l’élection présidentielle de décembre et des législatives du mois de mai.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.