Republier
RDC Ebola

RDC: à Beni, une population plus préoccupée par l'insécurité que par Ebola

Une banderole déployée lors du rassemblement à Beni, le 17 août 2016.
© Sonia Rolley/RFI

L’épidémie d’Ebola continue à tuer dans l’est de la RDC et particulièrement à Beni. A plusieurs endroits, les équipes de la riposte font face à une résistance communautaire de la population qui semble plus préoccupée par les attaques des combattants ougandais ADF-Nalu que par le virus Ebola.

Nene est commerçante. Elle achète ses marchandises à Kasindi, la frontière avec l’Ouganda, et les vend à Beni. Comme ses autres amies, Nene ne comprend pas pourquoi l’attention est davantage mise sur l’épidémie d’Ebola que sur les tueries dans le territoire de Beni.

« Si seulement vous suiviez les attaques des ADF-Nalu à la loupe, comme vous le faites pour Ebola, nous serions déjà sécurisés depuis longtemps », a-t-elle fait remarquer.

A côté d’elle, Jeannette qui vend des chaussures, s’apprête à embarquer pour Kasindi. Egalement exaspérée par les attaques des combattants ADF, elle pense qu’il y a un business autour de l’épidémie d’Ebola.

« Pourquoi vous ne vous préoccupez que d’Ebola ? Nous avons appris que vous gagnez beaucoup d’argent avec cela. C’est pour cela que cela vous intéresse. Pourquoi vous ne nous aidez pas ? On nous tue avec les balles et vous également, vous nous tuez avec cette maladie », s’insurge-t-elle.

A dix minutes d’ici, au marché central de Beni, Natacha ne comprend pas non plus pourquoi l’épidémie d’Ebola n’est toujours pas maitrisée. « L’épidémie ne peut pas durer un an ou deux ans. Nous en avons vraiment assez. Ils ont beaucoup de questions là-dessus », se dit-elle.

Près d’elle, Naomi a un message à transmettre au Chef de l’Etat. « Tshisekedi qui est arrivé, doit nous aider. Nous n’avons pas encore pris la mesure de son action. Nous sommes fatigués », constate-t-elle.

Le déficit de confiance vis-à-vis des acteurs de la riposte et vis-à-vis des autorités du pays, est aujourd’hui l’un des plus grands défis à relever pour parvenir à mettre fin à cette épidémie, clament également les experts du ministère de la santé.

À lire aussi → RDC: violente attaque à Beni de présumés combattants ADF

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.