Madagascar: la récolte de la vanille a débuté malgré la menace des vols

Un planteur de vanille inspecte son champ dans la région de Sambava à Madagascar (image d'illustration).
© RIJASOLO / AFP

A Madagascar, la récolte de vanille a débuté depuis près de 15 jours dans la région Sava, dans le nord du pays. Avec 80% des exportations mondiales, le pays est le premier exportateur de cet or noir, très prisé en pâtisserie. Entre vols de gousses, récolte précoce, prix qui ne cesse d’augmenter et spéculation, la filière est sous tension. En ce début de campagne, la vanille verte se vend autour de 200 000 ariary le kilo, soit 55 euros, encore plus que l’année dernière.

En quatre ans, la vanille est devenue la deuxième épice la plus chère au monde après le safran. Un prix excessif qui attire la convoitise. « La gendarmerie a saisi plusieurs tonnes de vanille volée avant les ouvertures officielles de la campagne. Plus de 200 individus ont été arrêtés », indique Georges Geeraerts, le président du groupement des exportateurs de vanille de Madagascar.

« Les risques de vols ont poussé les paysans à récolter trop tôt », poursuit-il. Une récolte précoce qui nuit à la qualité générale de l’épice. Certains planteurs ont cueilli leur vanille un mois avant l’ouverture officielle de la campagne.

« Ce sont les gens aux alentours ou du même village que les planteurs qui volent. On m’a dérobé 60 kilos de vanille verte et c’est le fils de ma cousine qui m’a volé », explique Judio un planteur du nord du pays.

La vanille préparée se négociait 400€ le kilo l'année dernière

Pour éviter les vols, Adolphe Randrianarison a quitté sa région d’origine, la Sava, pour s’installer et cultiver la vanille dans le district de Tamatave, à l’est. « Mes plantations sont au milieu d’une commune rurale où les gens ne savent pas encore vraiment ce qu’est la vanille. S’ils la volent, ils ne sauront pas où la vendre », raconte le producteur.

Le kilo de vanille préparée, vendue aux importateurs, se négociait l’année dernière à environ 400 euros. Un prix qui ne devrait pas baisser cette année et qui pousse pâtissiers et confiseurs à abandonner la vanille naturelle pour aller vers des produits de synthèse.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.