Attentat de Mogadiscio: le maire succombe à ses blessures

Abdirahman Omar Osman en octobre 2017.
© REUTERS/Feisal Omar/File Photo

Abdirahman Omar Osman, blessé le 24 juillet dans un attentat perpétré par les islamistes shebabs dans la capitale somalienne, est décédé dans un hôpital de Doha, au Qatar, où il avait été transféré, a annoncé ce jeudi 1er août la présidence somalienne.

Abdirahman Omar Osman était bien la cible de l'attaque du 24 juillet. Ce jour-là, les shebabs avaient mené un attentat-suicide contre la mairie de Mogadiscio, causant la mort d'au moins six personnes et en blessant six autres. Selon une source sécuritaire, un kamikaze était entré dans le bâtiment où avait lieu une réunion et s'était fait exploser, faisant six morts et six blessés. Une attaque menée à peine une heure après que James Swan, le représentant spécial de l'ONU en Somalie, eut rendu visite au maire.

► À lire aussi : Six morts dans l'attentat contre le bureau du maire de Mogadiscio

Le maire de Mogadiscio avait été transféré à Doha le lendemain de l'attaque. Il a succombé à ses blessures jeudi. Le président somalien a ordonné trois jours de deuil national et que les drapeaux soient abaissés à mi-mât.

Abdirahman Omar Osman était aussi le gouverneur de la région de Banadir et un ancien ministre du gouvernement actuel. Le président Farmajo a salué jeudi son rôle dans la reconstruction du gouvernement somalien et son dévouement dans la lutte contre le terrorisme.

« Il avait sacrifié sa vie au service du public somalien et il avait contribué à reconstruire le gouvernement de la Somalie, a réagi Mohamed Abdullahi Farmajo. [...] On se souviendra de lui pour son dévouement au service des gens et du pays, et pour son acharnement à développer Mogadiscio tout en jouant pleinement son rôle dans la lutte contre le terrorisme. »

Depuis début juillet, les shebabs multiplient les attaques d’envergure contre des officiels et autres objectifs sécuritaires ou civils. Chassé de Mogadiscio en 2011, le groupe terroriste a juré la perte du gouvernement central. Un contexte d’autant plus préoccupant que doivent se tenir dans les prochaines semaines des élections régionales cruciales, jugées à haut risque au Jubaland et au Galmudug.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.