Nigeria: violents combats entre jihadistes d'ISWAP et armée dans le Nord-Est

Les combattants d'ISWAP, branche de Boko Haram affiliée à l'EI, sont arrivés sur des pick-up lundi matin à l'aube au niveau de la ville de Baga, sur les rives du lac Tchad, dans l'extrême nord-est du Niger.
© Google Maps

Des jihadistes d'ISWAP, le groupe de l'organisation État islamique en Afrique de l'Ouest, ont mené une nouvelle attaque contre une caserne lundi 29 juillet dans le nord-est du pays.

Les combattants d'ISWAP ont d’abord mené un assaut sur la base navale militaire de Baga, près du lac Tchad. Les insurgés sont arrivés à l’aube, lundi, à bord de pick-up. Repoussés, les jihadistes ont pris la fuite. Sur leur route, ils se sont attaqués à un convoi de soldats en provenance de Maiduguri. Ces militaires étaient membres des forces spéciales, donc des hommes très expérimentés et formés aux combats en vis-à-vis. Et ils avaient été prévenus par la base navale. La bataille a été extrêmement dure.

Le groupe de l'organisation État islamique en Afrique de l'Ouest a revendiqué l'attaque dans un communiqué authentifié par le centre américain de surveillance des sites jihadistes, SITE. L'ISWAP affirme avoir tué quinze soldats et prétend n'avoir perdu aucun combattant. La Force régionale conjointe concède elle de son côté dans un communiqué avoir perdu un soldat et d'avoir tué une dizaine de jihadistes. Des bilans chiffrés à manipuler avec précaution. Le conflit dans cette région du lac Tchad est aussi une bataille d'usure où la propagande fait rage.

►À lire aussi : Boko Haram, 10 ans d'expansion continue

Reste que la base navale militaire de Baga est victime d'attaques répétées depuis 2014. Cette caserne jouxte en effet les rives du lac Tchad où sont retranchés les membres de la branche de Boko Haram affiliés à l'État islamique. Depuis juillet 2018, les hommes d'Abou Mosab al-Barnaoui intensifient leurs attaques contre les bases militaires du Nord-Est. Et, selon observateurs, ils auraient tué des centaines soldats, tout en accumulant depuis un important arsenal de guerre.

Mardi, la présidence nigériane avait répété avoir « vaincu » Boko Haram « sous sa forme originelle », dix ans après le début de l'insurrection en juillet 2009.

►A lire aussi - Nigeria: «Les factions qui composent Boko Haram sont encore actives militairement»

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.