Republier
RDC Corruption

RDC: deux ONG listent des personnalités estimées mauvaises gestionnaires

L'achat de locomotives pour la SNCC fait partie des dossiers cités par les ONG.
© FEDERICO SCOPPA / AFP

Alors que le Premier ministre continue de consulter en vue de former son gouvernement, la société civile se mobilise. La Ligue congolaise de lutte contre la corruption et le Réseau des parlementaires africains contre la corruption ont établi une véritable liste noire de treize projets et d'une quinzaine de personnalités associées que ces deux ONG ne veulent plus voir aux affaires : des anciens Premiers ministres, ministres, gestionnaires d'entreprises publiques et même des membres de la Céni.

Pour la Ligue congolaise de lutte contre la corruption, c'est une question de principe. Si le président Tshisekedi veut impulser un réel changement, il faut éviter de nommer ceux qui sont soupçonnés d'avoir mal géré l'argent public.

« Ça serait une honte s'il recourait encore aux personnes qui ont mal géré pour leur donner des responsabilités politiques. Ça serait vraiment un mauvais signal envoyé à la population, aux partenaires. Ça nuirait même au gouvernement de Tschisekedi », estime Ernest Mparoro, président de la Licoco.

Me Hubert Tshiswaka Masoka
06-08-2019 - Par Sonia Rolley

Sur les 13 dossiers cités - parmi lesquels le soutien à la campagne agricole 2012-2014, l'achat de locomotives pour la société nationale de chemin de fer, de machines à voter par la Céni, le projet de fibre optique ou la construction de stades municipaux -, il n'y a jamais eu de poursuites judiciaires. Ces projets de plusieurs dizaines ou même centaines de millions de dollars n'ont jamais porté leurs fruits. Mais pour Me Hubert Tshiswaka Masoka, conseiller du président Tshisekedi en charge de la lutte contre l'impunité, le chef de l'État peut légalement écarter toute personnalité sur laquelle pèseraient de simples doutes. « S'il est question de moralité, la moralité n'a rien à voir avec la justice. Le chef peut lui-même entreprendre des enquêtes par le biais de ses services pour fouiller dans le passé d'une personne quelconque qui prétend à la gestion de la chose publique. »

Parmi la quinzaine de personnalités épinglées, toutes ne sont pas de la coalition pro-Kabila. Il y a des anciens Premiers ministres comme Augustin Matata Ponyo et Adolphe Muzito, des ministres comme Tryphon Kin Kiey Mulumba ou même des gestionnaires de projet comme Moïse Ekanga.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.