Republier
Sénégal

Sénégal: la hausse du prix du ciment inquiète le secteur du bâtiment

Un cheval transporte des briques pour la construction d'un édifice, à Dakar. (photo d'illustration)
© AFP/Seyllou

Le directeur du commerce extérieur l’a annoncé, le prix du ciment va bien augmenter. En cause, les finances de deux des trois cimenteries du pays et le financement de logements sociaux. Pour les travailleurs de la construction, ce n’est pas une bonne nouvelle.

Dans le quartier de Ngor, on construit à tout va. Un immeuble de sept étages par-ci, une maison par-là. Et pour Momar Abdoulaye Cissé, entrepreneur et conducteur de travaux, le passage de 60 000 à 65 000 francs la tonne est un frein à son activité.

« Je pense qu’il est nécessaire que l’État intervienne pour que les acteurs du bâtiment et les fournisseurs de ciment s’asseyent autour d’une table et discutent; parce que c’est pas que le ciment qui est cher, il y a le fer, il y a  le béton... »

Cette hausse est en partie justifiée par l’annonce présidentielle de la construction 100 000 nouveaux logements sociaux d’ici cinq ans. Et qu’il faut financer. Un non sens pour Pape Ousmane Dione, petit entrepreneur :

« Un beau jour, ils disent qu’ils vont augmenter : 5000 francs. Maintenant c’est à 65 000. Nous on l’achète a pratiquement 70 000 francs la tonne. Et on nous dit que c’est pour financer des logements sociaux ? Mais ce n’est pas à nous de le financer. »

Chez les revendeurs en gros aussi, on déplore cette mesure. Comme Fallou Kane qui stocke 30 tonnes de ciment dans son dépôt. « Le ciment a augmenté mais il n’y a pas de bénéfice. C’est pas bon, parce que les clients discutent trop ! »

Chez les professionnels du secteur, comme le syndicat du BTP, on reste pour le moment prudent et une réunion devrait bientôt avoir lieu pour savoir quelle stratégie adopter.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.