Tchad: le président Idriss Déby face à la presse avant la fête de l'indépendance

Le président tchadien Idriss Déby Itno au palais présidentiel à Ndjamena, lors d'une conférence de presse, le 9 août 2019.
© BRAHIM ADJI / AFP

Au menu de la conférence qui s'est tenue vendredi 9 août, les élections législatives, attendues depuis 2015, la cherté de la vie et les récentes violences communautaires. C'est dimanche que le Tchad fête son indépendance (11 août 1960).

Depuis trois jours, des violences entre agriculteurs et éleveurs endeuillent l'est du Tchad. Elles ont fait 37 morts dans la province de Ouaddaï, « une région qui n'a pourtant pas connu de conflits communautaires jusqu'à présent », a expliqué ce vendredi à Ndjamena Idriss Déby.

Lors de cette conférence de presse, le chef de l’État a assuré que des mesures ont été prises, comme la suspension de chefs traditionnels et le remplacement de certains gouverneurs. « Il faut voir aussi la situation autour de nous », rappelle le président tchadien. Il fait référence ici aux conflits communautaires voisins au Niger, au Burkina Faso et au Mali. « Des armes circulent dans la zone et atteignent le pays », indique-t-il. Des unités spéciales pour le désarmement ont donc été créées.

►À lire aussi : Tchad : les conflits entre éleveurs et agriculteurs ou la compétition pour les ressources naturelles

Pour le député Saleh Kebzabo, le président de l'Union nationale pour la démocratie et le renouveau (UNDR), le gouvernement n'est pas en mesure de restaurer la sécurité des habitants.

Depuis quelques années, il ne se passe pas une semaine sans qu’il y ait un conflit intercommunautaire avec des morts à la clé. Le dernier conflit (…) fait suite à d’autres affrontements dans la même zone. Vous quittez cette zone et vous descendez au Sud, vous avez des affrontements toutes les semaines avec des morts à la clé. Donc ça veut dire que le gouvernement est incapable de gérer cette situation alors qu’il se prévaut par ailleurs sur le plan international d’être le seul en mesure de gérer les problèmes d’insécurité.

Saleh Kebzabo, président de l'UNDR
09-08-2019 - Par Coralie Pierret

Des législatives avant la fin de l'année ?

Concernant les élections législatives, attendues dans le pays depuis 2015, quand on lui demande si elles auront toujours lieu avant la fin de l'année comme il l'a annoncé dans son message à la nation le 31 décembre 2018, Idriss Déby répond : « Nous espérons jusqu'à ce jour que des élections législatives se tiendront dans le courant de cette année 2019. Si bien sûr la Céni et le cadre national de dialogue travaillent comme ils se doivent, les ressources sont disponibles. Il appartient maintenant à tout ce qui ont en charge d'organiser ces élections de tenir ce pari et nous allons être très exigeants vis-à-vis de ces institutions », a-t-il assuré.

L'opposant Succès Masra parle rappelle que le chef de l’État avait déjà annoncé des élections pour mai dernier, en pleine période de ramadan. « Je crois que si on veut bâcler les élections, les élections pourront avoir lieu, pointe-t-il, mais tout le monde, y compris des techniciens, disent en off que ce n’est pas tenable d’organiser des élections dans des conditions vraiment sérieuses et crédibles. »

L’opposition est en partie à l’origine du blocus du processus électoral. Depuis un mois et demi, elle n’arrive pas à s’entendre sur la liste de ses 15 représentants qui siégeront au cadre national de dialogue politique, l’organe chargé de régler les questions politiques et de rendre plus consensuel le processus électoral.

Enfin, Idriss Déby a justifié la large crise économique et la cherté de la vie par « l'insécurité, les réfugiés et surtout la baisse du prix du pétrole », rappelant les conséquences directes sur les Tchadiens et plus particulièrement sur les fonctionnaires. Et il n'est toujours pas prévu de rétablir l'intégralité de leur salaire.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.