Tunisie: confusion autour du sort de migrants abandonnés dans le désert

Capture d'écran de la vidéo filmée par un migrant le 3 août 2019 et relayée sur la page Facebook du Forum tunisien des droits économiques et sociaux, une ONG spécialisée sur la question migratoire en Tunisie.
© Capture d'écran

L’ONU a exprimé son inquiétude mercredi 7 août quant au sort de 36 migrants ivoiriens qui auraient été déposés dans le désert à côté de la frontière tuniso-libyenne dans la nuit du 3 au 4 août.

C’est presque la fin d’un long feuilleton qui aura duré cinq jours. Selon les dernières informations de RFI, les 36 migrants ivoiriens abandonnés près de la frontière tuniso-libyenne iraient mieux et seraient pris en charge.

L’Assivat, une association d’Ivoiriens basée à Tunis, a publié une vidéo sur Facebook le 6 août dans laquelle son auteur dit : « Nous vous donnerons plus de détails d’ici quelques jours, mais soyez rassurés, nos compatriotes sont en sécurité et vont bien ».

C’est en effet une vraie confusion qui règne depuis dimanche autour du sort de ces migrants, 21 hommes, onze femmes, dont une enceinte, et quatre enfants, dont personne n’avait plus de nouvelles depuis quelques jours. Ils disent avoir été emmenés de force de la ville portuaire de Sfax vers la frontière, après s’être fait arrêter. L’un d’eux avait publié une vidéo dimanche pour dénoncer les conditions dans lesquelles ils avaient été abandonnés, sans eau ni nourriture.

Les autorités confirment des refoulements

Suite à la pression de plusieurs associations humanitaires tunisiennes et internationales, les autorités tunisiennes ont fini par communiquer. Les ministères de l’Intérieur et de la Défense ont confirmé des arrestations à Sfax et des refoulements à la frontière après des tentatives d’immigration clandestine, mais sans donner d’explication claire sur le cas de ces migrants ivoiriens.

L’ONU a manifesté son inquiétude mercredi devant leur traitement et les ONG ont dénoncé une « violation de leurs droits » contraire aux politiques d’accueil humanitaires habituellement pratiquées par la Tunisie.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.