Republier
Guinée Justice

Guinée: l'opposant Faya Millimono a été libéré

L'opposant guinéen Faya Millimono a passé une semaine à la prison centrale de Conakry après une plainte pour diffamation.
© Getty Images/Waldo Swiegers/Bloomberg

Le chef du Bloc libéral avait été écroué à la prison centrale de Conakry il y a une semaine suite à une plainte pour diffamation.

Le 26 juillet dernier, lors de l’inauguration du siège de son parti, Faya Millimono avait accusé le ministre de la Justice, Mohamed Lamine Fofana, d’avoir fait partie des rebelles ayant mené des opérations en Guinée entre 2000 et 2002 et d’avoir été leur porte-parole. Des hommes armés venus du Liberia et de la Sierra Leone voisins, alors en proie à des guerres civiles, avaient attaqué la Guinée, y faisant, officiellement, des centaines de morts.

Mais le 1er août, le chef du Bloc libéral, un parti d'opposition, avait finalement reconnu devant la presse avoir fait une erreur d’homonymie et présenté ses excuses au ministre.

Entendu puis écroué le vendredi 2 août, l'opposant, arrivé quatrième à l'élection présidentielle de 2015, était depuis cette date en détention préventive à la prison centrale de Conakry. Mais sa libération ce vendredi ne signifie pas que la procédure est terminée. Faya Millimono est toujours poursuivi pour diffamation. Il est convoqué mardi devant le procureur.

Désormais dans l'histoire de notre pays on peut s'attendre à ce que des gens soient placés en détention pour des cas de diffamation.

Faya Millimono
10-08-2019 - Par Coralie Pierret

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.