Tanzanie: une soixantaine de morts après l’explosion d’un camion-citerne

L'explosion a tout dévasté sur son passage... Morogoro, le 10 août 2019.
© REUTERS/Emmanuel Herman

Au moins 64 personnes ont péri et plus de 70 ont été blessées dans l'explosion samedi matin 10 août d'un camion-citerne accidenté dont elles tentaient de siphonner le carburant, en périphérie de Morogoro, à près de 200 km à l'ouest de Dar es Salaam. Le président tanzanien John Magufuli a décrété un deuil national jusque lundi inclus.

Les faits se sont déroulés vers 08h30 locales ce samedi matin 10 août sur la commune de Msamvu, dans l'immédiate périphérie de Morogoro. Peu après que le camion-citerne se soit renversé sur la chaussée, des conducteurs de « boda-boda », des moto-taxis, ont afflué sur les lieux. Une vidéo postée sur les réseaux sociaux montre des dizaines de badauds affairés à tenter de récupérer du carburant dans des jerricanes jaunes. Avant que l'essence ne s'embrase.

Il tente d'arracher la batterie du camion…

Le bilan humain est lourd. Wilbroad Mutafungwa, commissaire de police à Morogoro : « Jusqu'à présent, 62 personnes sont décédées, mais il y a aussi des blessées et, parmi les blessées qui ont été reconnus par leurs proches, il y a 64 hommes et 8 femmes. 34 ont été pris en charge à l'hôpital de référence de Muhimbili pour les soins, 38 ont été envoyés à Dar es Salaam. »

Selon plusieurs témoignages, un homme aurait tenté d'arracher la batterie du camion, provoquant la déflagration. « Tous les médecins de l'hôpital régional ont été mobilisés. Les patients dont l'état n'inspire pas d'inquiétude ont été transférés dans d'autres établissements pour faire de la place aux victimes de l'explosion », renseigne Stephen Kebwe, gouverneur de la province de Morogoro

Début juillet, cette fois dans le centre du Nigeria, au moins 45 personnes étaient mortes et plus de 100 blessées lors du pillage par la population d'un camion-citerne accidenté qui avait explosé.

►À lire aussi: Niger: l’explosion d’un camion-citerne fait au moins 58 morts à Niamey

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.