Les forces du maréchal Haftar sont entrées dans Morzouk, au sud de la Libye

Morzouk est une oasis située dans le sud-ouest de la Libye.
© Google Maps

Alors que la trêve était partiellement dimanche à Tripoli suite à l'appel de l'ONU pour la fête d'al-Adha, l'Armée nationale libyenne du maréchal Haftar a mené une nouvelle opération dans le Sud, à Morzouk, ville en proie à la violence depuis deux semaines.

Les ennuis ont commencé à Morzouk avec l'entrée dans la ville d'une force dirigée par Moussa Hassan al Tabaoui et soutenue par le Gouvernement d'union nationale (GNA). C'était il y a plus de deux semaines. La violence qui s'ensuivit a causé la mort de dizaines de personnes. Selon l'ONU, 2 150 habitants ont dû fuir la ville. Le 4 août, les forces du maréchal Khalifa Haftar ont procédé à des frappes aériennes, causant la mort de 43 personnes. Des mercenaires tchadiens selon l'Armée nationale libyenne (ANL), des civils selon des membres de l'éthnie toubou de Morzouk.

►À lire aussi : Guerre en Libye : vers une ouverture d'un front au Sud ?

Dimanche matin, alors que la prière de l’Aïd al-Adha se faisait entendre dans l'oasis, l'ANL, avec des forces venues du Sud, avait fini de faire son entrée dans certains quartiers de la ville. Mais des combats ont à nouveau éclaté dimanche entre d'un côté, l'ANL et des fidèles locaux, de l'autre, des groupes armés soutenus par des Toubous locaux. Selon Khaled al-Mahjoub, un général de l'ANL, il s'agit de « membres de l'organisation État islamique, du Conseil de la Choura de Benghazi et de mercenaires tchadiens ». Ce général affirme que des nombreux terroristes ont fui Morzouk.

Des combats qui traduisent surtout l'insécurité qui règne dans cette oasis située au Sud, près de la frontière tchadienne, depuis 2011. La ville échappe en effet à l'autorité de l'État. Déchirée, elle se trouve à la merci des groupes armés.

Des combats avaient toujours lieu lundi dans certains quartiers de l'ancienne ville et autour de la citadelle.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.