Republier
Togo

Togo: le permis moto obligatoire à partir du 20 septembre

Près de la moitié des morts sur la route sont causés par des motocyclistes au Togo, au premier semestre 2019.
© PIUS UTOMI EKPEI / AFP

Les accidents de la route font énormément de dégâts au Togo. Le bilan à la fin du premier semestre de l’année est lourd : 3 178 accidents ont causé la mort de 354 personnes. Et le ministre togolais de la Sécurité veut réduire au mieux ce bilan macabre. Une décision : tous les motocyclistes doivent avoir leur permis de conduire d’ici le 20 septembre.

Le bilan au terme du premier semestre est macabre, dit le ministre de la Sécurité et de la Protection civile. Sur les 354 décès occasionnées par les accidents, 157 décès sont provoqués par les motocyclistes, soit 44,36 % ; c’est pourquoi le général Yark Damehame prend la décision suivante : « Je constate que beaucoup d'usagers de la route ne passent pas le permis de conduire. Beaucoup d'accidents viennent du fait que l'usager ou l'intéressé ne connaît pas le code de la route. Donc nous allons donner jusqu'à fin septembre à chaque usager de la route pour faire l'effort de passer le permis de conduire. »

La décision alimente depuis quelques jours les débats aux grands points de stationnement des motos-taxis. « On peut passer le permis, mais [l'échéance] qui nous est proposé[e] maintenant, c'est très proche », se plaint un conducteur. « Il faut voir la faisabilité, renchérit un autre. Est-ce que toutes les conditions sont réunies pour avoir ce permis-là ? »

Personne ne conteste la décision, mais tous trouvent le délai du 20 septembre trop court. Il faut commencer quelque part et vite, affirme le syndicaliste François Komlavi Agbo. « Le permis de conduire ne viendra pas régler le problème en tant que tel. Il y a la méconnaissance du code de la route et il y a l'incivisme qui sont en train de gagner du terrain. Il faut arriver quand même à ce que nous puissions maîtriser ces deux éléments. Et en sachant conduire les motos surtout. »

Selon les syndicats de motos-taxis, près de 400 000 motocyclistes circulent sur le territoire. Parmi eux, 70% n’ont pas leur carte nationale d’identité, encore moins leur acte de naissance.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.