Republier
Burkina Faso

Burkina Faso: les forces armées et la police ciblées par deux attaques

Des officiers de police burkinabè durant les funérailles de trois de leurs collègues, le 21 mai 2016 à Ouagadougou.
© AHMED OUOBA / AFP

La première attaque s’est déroulée dans la province du Sourou, non loin de la frontière malienne où un convoi a sauté sur un engin explosif improvisé. La deuxlième est survenue ce jeudi matin.

Vers 8h30 ce jeudi, une équipe de la police est ciblée sur l’axe Mentao/Djibo dans la province du Soum. Les policiers sont tombés dans une embuscade, explique la direction de la communication du ministère de la Sécurité.

Selon le porte-parole de l’Alliance police nationale, l’un des syndicats de police, cette  attaque « odieuse et barbare » a été perpétrée contre l’équipe de police qui se rendait à Mentao pour la sécurisation du camp des réfugiés. Selon une sécuritaire, des hommes armés, des terroristes, ont ouvert le feu sur la patrouille. Les policiers ripostent mais trois de leurs éléments sont mortellement touchés. Un blessé est transporté dans un centre de santé. Des renforts envoyés sur place ont pu neutraliser l’un des assaillants selon la direction de la communication du ministère de la Sécurité.

Avant cette attaque contre la police, ce sont des militaires qui avaient été visés dans la nuit du 13 au 14 août à Toeni, dans la province du Sourou, non loin de la frontière avec le Mali. Leur véhicule a sauté sur un engin explosif improvisé. Quatre militaires avaient été tués et deux autres blessés.

 

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.