Libye: l'aviation de Haftar a bombardé l'aéroport de Zouara

Le maréchal Khalifa Haftar, dirigeant de l'armée nationale libyenne et homme fort de l'Est du pays.
© Abdullah DOMA / AFP

La courte trêve de la fête de l'Aïd el-Kébir est déjà loin. Ce jeudi 15 août au matin, l'aviation de l'armée nationale libyenne de Khalifa Haftar a bombardé l'aéroport de Zouara. Selon l'ANL, des drones turcs partaient de cet aéroport pour frapper ses forces basées au sud de la capitale. La Turquie est fortement impliquée dans la guerre qui a lieu en Libye.

La Turquie n'opère pas secrètement en Libye. Son président Recep Tayyip Erdogan a affirmé à plusieurs reprises son soutien à Fayez el-Sarraj et au courant de l'islam politique à Tripoli. Le Premier ministre du gouvernement libyen d'Union nationale lui en est reconnaissant. Mais le maréchal Khalifa Haftar a dénoncé cette intervention, ce qui a conduit à une crise entre Ankara et Benghazi, début juillet.

Ankara n'a pas seulement envoyé des dizaines de véhicules armés, des missiles et des drones Bayraktar aux milices de Tripoli. Le gouvernement turc a également livré des armes sophistiquées, comme le système de défense anti-drones dirigés au laser qui a détruit début août un drone Long Wing de l'ANL. Par ailleurs, Ankara est accusée d'avoir envoyé des militaires en Libye pour entraîner les miliciens à utiliser des armes.

Ce mercredi 14 août, le porte-parole de l'ANL a déclaré avoir détruit un système de défense anti-aérien turc installé à Misrata. Quelques jours plus tôt, c'est un avion de transport ukrainien qui avait fait les frais de cette intervention. Reliant Istanbul à Misrata avec à bord une importante quantité d'armes, cet appareil a été détruit dès son atterrissage.

Selon le site Flight Radar, un Boeing turc 737 Peace Eagle survole systématiquement les côtes libyennes. Son radar peut recueillir des informations sur un champ de 850 km.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.