Republier
Madagascar

Madagascar: le directeur de la Jirama limogé

Vue générale d'Antananarivo, capitale de Madagascar.
© Getty/ Martin Harvey

Olivier Jaomiary, le directeur général de la Jirama, la compagnie nationale d’eau et d’électricité de Madagascar, a été limogé de ses fonctions ce mercredi 14 août en conseil des ministres. Il avait été nommé à ce poste en avril 2017. C’est le second départ au sein de la compagnie après celui du président du conseil d’administration il y a 6 mois.

La semaine dernière, le conseil des ministres a décidé l’instauration d’un comité de pilotage pour le redressement de la compagnie d’ici deux ans. Le communiqué expliquait que la Jirama, compagnie nationale, devait être gérée comme une société privée.

Endettée, en partie à cause des vols de carburant, souvent critiquée pour ses coupures parfois quotidiennes dans certaines villes du pays, la Jirama est dans la tourmente.

La semaine passée, la direction de la compagnie révélait un détournement de fonds de plusieurs millions d'ariary en son sein. Parallèlement, depuis la prise de pouvoir d’Andry Rajoelina, l’entreprise publique est en pleine renégociation des contrats avec ses fournisseurs. Une source indique qu’ils devraient aboutir d’ici quelques semaines.

Ce limogeage est-il un effet d’annonce ou un assainissement profond ? Selon Onja Rasamimanana, conseillère technique au ministère de l’Eau et de l’Énergie, les têtes changent mais le cap du redressement reste le même. « Le poste sera ouvert, et un appel d’offre sera lancé », assure-t-elle. Pas de nominations politiques comme ce fut le cas auparavant.

Par ailleurs, la rénovation du secteur de l’énergie est au cœur du partenariat entre la Banque Mondiale et le gouvernement malgache. L’institution a accordé une aide de 150 millions de dollars en mai dernier pour améliorer l’accès de la population à l’électricité.

En conférence de presse ce mercredi 14 août, le ministre de l’Eau et de l’Énergie, Vonjy Andriamanga, a réagi à la révocation du directeur général de la Jirama. A ses yeux, un tel limogeage fait partie de la vie normale d'une entreprise publique ou privée. « Nous voulons atteindre l’équilibre opérationnel d’ici deux ans pour l’entreprise. Avant la fin de l’année, plus aucune ville de Madagascar ne subira de délestage. »

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.