À Madagascar, 21 partis d’opposition créent une coalition

L'ex-président malgache Marc Ravalomanana, le 25 août 2018.
© RIJASOLO / AFP

C'est l'ancien président, Marc Ravalomanana, qui a été élu à la tête de cette plateforme d'opposition.

À Madagascar l'opposition au régime d'Andry Rajoelina s'organise. Vingt et un partis politiques se sont regroupés vendredi 16 août pour créer une coalition baptisée RMDM ou Groupement des partis d'opposition pour la démocratie.

« Le but de cette opposition n'est pas de faire un coup d'État comme certains veulent le faire croire », a lancé l’ancien président Marc Ravalomanana lors de la présentation de la coalition. « L’idée est de contribuer au développement du pays en apportant des critiques éclairées qui serviront de balises aux dirigeants », a-t-il poursuivi. Comme une épine dans le pied pour Andry Rajoelina qui gouvernait jusque-là à l’abri des critiques, le parti de Marc Ravalomanana s’étant fait discret après les défaites à la présidentielle et aux législatives.

Mais deux obstacles se dressent face à cette coalition : d’abord, une Assemblée nationale largement acquise au régime. Autre difficulté, une proposition de loi visant à modifier le statut de l’opposition. Si elle est adoptée, le chef de l’opposition ne pourrait être qu’un député, ce qui n’est pas le cas de Marc Ravalomanana.

Arlette Ramaroson, secrétaire générale de cette plateforme reste confiante. « Nous avons le système de navette entre le Sénat et l’Assemblée nationale. Les sénateurs ne sont pas tous de l’opposition, mais ils connaissent la souffrance du peuple. Ce sont des sages et je pense que dans l’ensemble ils prendront position pour nous », explique-t-elle.

« La saisie de la Haute Cour constitutionnelle concernant cette loi qui vise à restreindre l’opposition est envisagée », indique quant à elle Olga Ramalason, sénatrice et secrétaire général du parti TIM.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.