#LaissezNousJouer: au Mali, une campagne pour sauver les terrains de sport

Les espaces où les jeunes peuvent jouer et faire du sport se réduisent comme peau de chagrin au Mali, d'où la campagne menée par Benbere : #LaissezNousJouer (image d'illustration, Bamako, 2011).
© Godong/Universal Images/Getty

Il faut sauver les terrains de sport maliens ! C'est le cri du cœur de la campagne « Laissez-nous jouer ». Lancée sur les réseaux sociaux, début juin, par le collectif de blogueurs Benbere, elle s'achèvera à la fin de ce mois d’août. L'objectif est de créer une mobilisation contre la spéculation foncière.

Le boom de l'immobilier, à Bamako notamment, a rendu les terrains de jeu très attractifs pour les constructeurs qui les achètent afin de bâtir des immeubles de bureau ou d'habitation. Selon Benbere, depuis le début des années 2 000, 60 % des terrains de sport de la capitale ont disparu.

Kadiatou Kanouté est championne d'Afrique de basket. Elle a grandi à Bamako, dans le quartier Medina et se souvient de ses premières parties sur les terrains, à quelques pas de chez elle. « C’était le début du rêve, nous raconte t-elle. Là,  je pouvais avoir une vision. Je me voyais sur un terrain avec un ballon… C’est ce qui est essentiel pour un enfant, pour l’opportunité que cela apporte après, dans l’épanouissement d’un enfant. Donc vraiment, privatiser les terrains, c’est ne pas donner accès à la majorité de la population qui, ici, est très pauvre. On ne peut pas payer les terrains pour jouer. C’est grave ce qui est en train de se passer ici ! ».

Aujourd'hui, des terrains de jeu emblématiques de la capitale ont disparu comme « Bako terrain », à Niamakoro, ou les « 30 mètres de Sabalibougou ». C’est une perte, lourde de conséquences pour la jeunesse, selon Abdoulaye Guindo, coordinateur de Benbere.

« Quand le jeune est occupé, il est à l’abri de tous ces manipulateurs. Les terrains de sport leur permettent d’avoir des occupations. Par conséquent, ils n’ont pas le temps, au moment du sport, d’écouter des gens qui viennent les endoctriner les radicaliser. Aujourd’hui, le sport est un moyen de lutte contre le chômage. Ça met aussi les jeunes à l’abri du banditisme. C’est un facteur d’épanouissement et de santé. Chaque quartier doit obligatoirement avoir un espace vert, un espace public », nous explique Abdoulaye Guindo.

Les terrains de sport se vendent comme des petits pains. Selon Benbere, des parcelles de 300 mètres carrés peuvent coûter entre 250 et 300 millions de francs CFA.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.