Sénégal: Guy Marius Sagna remis en liberté

L'activiste sénégalais Guy Marius Sagna réagit à une précédente arrestation durant une manifestation devant l'Assemblée nationale, à Dakar, le 4 mai 2019 (photo d'illustration).
© Seyllou / AFP

L'activiste sénégalais Guy Marius Sagna a été remis en liberté hier, vendredi 16 août. Il était en détention préventive depuis le 19 juillet dernier pour « fausse alerte au terrorisme ». Sa demande de liberté conditionnelle avait été acceptée par le parquet.

Guy Marius Sagna est l’une des figures du mouvement citoyen sénégalais et le leader du Front pour une révolution anti-impérialiste populaire et panafricaine, le Frapp.

Il avait été arrêté suite à la publication d’un communiqué accusant la France de « préparer psychologiquement les populations à vivre avec l’idée de la menace terroriste ».

« Une détention purement politique »

« La réaction du Frapp est simple : nous exigeons la suspension de toutes les poursuites, de toutes les charges, parce que c’était une détention purement politique, nous explique El hadj Abdulaye Seck, le chargé de communication de Frapp « France Dégage », joint au téléphone.

Déjà, ils l’ont arrêté le 16 juillet 2019, ils n’avaient aucune infraction à coller à Guy Marius Sagna. C’est par la suite qu’ils sont revenus pour lui coller un chef d’accusation dont il n’est pas responsable.

Parce que le communiqué qui était en question c’était le communiqué du Frapp « France dégage » (or) ni Guy Marius Sagna, ni le coordonnateur du Frapp « France dégage » ne l’avaient partagé sur la page Facebook.

Donc c’était... un prisonnier politique, parce qu’il commençait à réveiller la conscience citoyenne.

Il commençait, maintenant, à travers le combat pour la défense des ressources naturelles - le pétrole et le gaz -, à travers Aar li nu bokk [collectif citoyen, NDLR], à sensibiliser les Sénégalais pour qu’ils puissent s’élever et défendre leurs intérêts.

C’est pourquoi il a été mis en prison... et nous avons eu le soutien de tous les Sénégalais, de toutes les organisations nationales et internationales.

Il est entré en souriant et il est sorti aujourd’hui en souriant, parce qu’il sait que c’est une cabale politique ».

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.