Republier
Gambie

Gambie: le rappeur et activiste Killa Ace en garde à vue

Capture d'écran issu du clip du rappeur Killa Ace «Ku Boka C Geta G».
© Capture d'écran YouTube

Le rappeur gambien Killa Ace, militant des droits de l'homme et figure de l'opposition à Yahya Jammeh, a été arrêté samedi 17 août.

C’est la deuxième garde à vue pour Killa Ace depuis le changement de régime en 2017. Ali Cham - de son vrai nom - a été interpellé samedi par la brigade anticriminalité parmi une vingtaine de personnes. Ils sont poursuivis pour des dégradations survenues lors d'une manifestation sauvage fin juillet. La mort suspecte d'un vendeur après une garde à vue avait provoqué une journée d'émeutes. La maison du chef de la police criminalité avait été caillassée et incendiée.

Mais l'accusation ne tient pas debout, selon Yusef Taylor, militant dans l'association Gom Sa Bopa, fondée par le rappeur. « Killa Ace, c'est quelqu'un de calme, mais il n'hésitera pas à se défendre si vous l'agressez. Il y a quelque chose qui ne va pas entre la brigade anticriminalité et Killa Ace. Il faut dire qu'en tant que militant c'est quelqu'un qui écrit des chansons sur les violences policières », souligne-t-il.

Aperçu lors de sa détention, Killa Ace se portait bien, les détenus rencontrés n'ont pas été violentés. Depuis sa cellule, il dénonce une intimidation.

Le rappeur est également poursuivi dans une autre affaire qui remonte à octobre 2018. Il est accusé d'atteinte à l'ordre public et d’insultes à l'égard d'un officier de police lors d'un contrôle. Killa Ace dit avoir été passé à tabac en garde à vue et témoin de nombreuses violations des droits de l'homme. « Les forces de l'ordre se servent de leur uniforme pour faire peur et pour intimider », disait-il lors d'une conférence de presse contre les violences policières fin juillet.

Son avocat espère que Killa Ace passera devant le juge aujourd'hui ce lundi pour mettre fin à sa garde à vue.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.