Burkina: émotions et critiques après l'attaque meurtrière de Koutougou

Le président burkinabè Roch Marc Christian Kaboré.
© LUDOVIC MARIN / POOL / AFP

L’attaque de Koutougou - dans laquelle, selon un dernier bilan, 24 soldats ont été tués, cinq sont portés disparus et sept autres ont été blessés - est considérée comme la plus meurtrière jamais perpétrée contre les forces armées burkinabè depuis le début des attaques terroristes en 2015.

« C’est un bilan qui est lourd, c’est un bilan qui nous interpelle », a déclaré le président Roch Marc Christian Kaboré dans un message à la nation après l'attaque lundi du détachement de Koutougou, dans la province du Soum, au nord du Burkina Faso. « Le 19 août est une tache noire dans la vie de notre armée nationale », a admis le chef de l’État burkinabè.

« Mais au-delà de l’émotion, a-t-il souligné, ce qui est important, c'est que nous devons réaffirmer notre solidarité, notre accompagnement, notre soutien, aux forces de défense et de sécurité ».

L'opposition demande la démission du gouvernement

Pour l’Union pour le progrès et le changement (UPC), la condamnation seule ne suffit pas. « Il faut dire la vérité et soigner le mal à la racine », réagit le parti du chef de file de l’opposition. L’UPC accuse le gouvernement d’avoir échoué dans sa mission de sécurisation du pays. « C’est une équipe dépassée par la tournure des événements », affirment les responsables du parti.

L’UPC demande la démission pure et simple du gouvernement en place et la nomination par le président Roch Marc Christian Kaboré d’une nouvelle équipe qui aura pour mission première, la défense de l’intégrité territoriale et la sécurité des Burkinabè.

Le CDP, l’ex-parti au pouvoir se dit quant à lui « consterné » par le lourd bilan de l’attaque. Il exhorte le gouvernement à prendre des mesures adaptées et à renforcer les équipements militaires pour la protection des populations.

La réaction du parti au pouvoir ne s’est pas fait attendre. Dans une déclaration, Simon Compaoré, le président intérimaire du Mouvement du peuple pour le progrès indique que « l’heure doit être impérativement au rassemblement et toute autre attitude doit être condamnée avec une extrême vigueur ».

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.