Emmanuel Macron reçoit Narendra Modi et l'invite au G7

Narendra Modi a reçu Emmanuel Macron à New Delhi en mars 2018.
© REUTERS/Adnan Abidi

Juste avant le début du sommet du G7 à Biarritz, le président français enchaîne les rencontres bilatérales : après le nouveau Premier ministre britannique, Boris Johnson, et le chef du gouvernement grec, Kyriákos Mitsotakis, Emmanuel Macron recevra jeudi soir le Premier ministre indien Narendra Modi dans le château de Chantilly (nord de Paris), qui est également convié au sommet de Biarritz. Le dossier du Cachemire devrait animer les discussions.

« L’exceptionnelle amitié entre les deux pays » qu’Emmanuel Macron avait vanté lors de sa visite d’État en Inde en mars 2018 sera mise à rude épreuve : dans le décor somptueux du château de Chantilly, le président français devrait évoquer la situation explosive au Cachemire, région disputée entre l’Inde et le Pakistan. Dans les contreforts himalayens, les tensions restent vives depuis que New Delhi a privé la partie sous souveraineté indienne de son autonomie, le 5 août dernier.

Pas de critiques ouvertes

Mais, alors que Washington a exhorté l’Inde à relâcher les quelque 4 000 personnes détenues et à rétablir les libertés, Paris ne compte pas critiquer ouvertement la mainmise de l’Inde sur le Cachemire. Emmanuel Macron devrait se contenter de demander des « explications » au Premier ministre Narendra Modi, a fait savoir Paris, « nous allons rappeler notre position qui est de régler la question par le dialogue ».

Hors de question de fâcher l’Inde, dont la France attend beaucoup sur le plan économique : lors d’un entretien suivi d’un diner, le président français aura l'occasion d'évoquer notamment la vente des 36 Rafales (toujours pas livrés) et le projet d'une centrale nucléaire en négociation depuis une dizaine d'années.

« On aura probablement une déclaration appelant à la paix régionale, à la retenue entre Inde et Pakistan, à la négociation. Tout ça relève de la diplomatie de bon aloi. Ce serait très étonnant que Paris se décide à prendre une position réellement critique, prévoit Jean-Luc Racine, chercheur et spécialiste de l'Inde au CNRS. Finalement, cette rencontre bilatérale renvoie à l'ensemble des relations franco-indiennes qui sont plutôt bonnes, même si on attend que se concrétisent un certain nombre de contrats anciens - soit le Rafale dont on nous dit que le premier sera bientôt livré, soit les centrales nucléaires prévues depuis maintenant une dizaine d'années. Et il y a beaucoup de choses sur la table depuis la dernière viste d'Emmanuel Macron en Inde. »

Élargir le cercle des grandes puissances

L'Inde ne fait pas partie du G7 mais Emmanuel Macron souhaite élargir le cercle des grandes puissances aux partenaires comme l'Inde - malgré les réticences américaines - qui jouent un rôle clé sur les sujets globaux comme le climat ou le numérique. La France espère notamment que l'Inde, un des principaux émetteurs de gaz à effet de serre, aille plus loin que les objectifs de l'accord de Paris et s'engage également sur les gaz HFC ou encore sur les espèces menacées, dont beaucoup sont dans le pays.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.