Republier
Tchad

État d'urgence au Tchad: la fermeture des frontières préoccupe les commerçants

La route route entre Abéché et Adré reste ouvert pendant l'état d'urgence (image d'illustration).
© Marie -Pierre Olphand/RFI

Le Tchad a fermé ses frontières avec le Soudan, la Libye et la Centrafrique. Une mesure prise dans le cadre de l'état d'urgence mise en place dans trois provinces du pays après des violences communautaires meurtrières notamment dans le Ouaddaï et le Sila. Objectif des autorités : rétablir la sécurité et mettre fin au trafic d'armes. Mais cette fermeture a-t-elle des conséquences sur l'économie du pays ?

Moins d'une semaine après la mise en place de l'état d'urgence, la fermeture des frontières avec le Soudan et la Centrafrique semble ne pas avoir d'impact sur l'économie locale, à en croire une autorité à l'est du pays.

Si l'axe le plus fréquenté à savoir Adré-Abéché reste ouvert pendant les 21 jours de l'état d'urgence, le transport de marchandises, lui, était déjà fortement ralenti depuis plusieurs semaines, rappelle Mahamat Saleh Yacoub, enseignant en économie à l'Ecole normale supérieure d'Abéché.

En cause selon lui : la crise soudanaise avec des contrôles douaniers renforcés. Mais aussi la saison des pluies qui rend les routes impraticables.

Résultat ? Les prix de produits de première nécessité ont augmenté. Il faut compter 40% plus cher pour un sac de sucre de 50 kilos. Car depuis la crise de Boko Haram au Nigeria, le Tchad se ravitaille principalement de l'autre côté de la frontière, au Soudan.

La crainte des commerçants est désormais que l'état d'urgence soit prolongé. Leur stock de farine, d'huile ou encore d'œufs, prévu pour tenir jusqu'à la fin de la saison des pluies, sera alors épuisé. Et l'est du Tchad risquerait selon eux, une pénurie de marchandises qui pourrait aussi toucher la capitale tchadienne.

Dès lors que ce sont des points de filtrage et non des points qui permettent les flux d’activité commerciale, cela va avoir des conséquences graves, d’abord sur le plan humanitaire par rapport à ces peuples qui vivent aux confins du territoire, (…) parce que ce sont des populations qui s’approvisionnent essentiellement de denrées alimentaires, de santé, de produits médicaux, qui proviennent du Soudan.

Le président de l'UDP, l'Union des démocrates pour le développement et le progrès
23-08-2019 - Par Houda Ibrahim

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.