Republier
Afrique du Sud

Afrique du Sud: le leader zoulou Mangosuthu Buthelezi quitte la direction de l’IFP

Mangosuthu Buthelezi durant un débat au Parlement sur la motion de défiance contre le président Jacob Zuma, le 10 novembre 2016, au Cap.
© RODGER BOSCH / AFP

Le chef historique de l’Inkatha Freedom Party (IFP), Mangosuthu Buthelezi, tire sa révérence, ce week-end. A la tête du parti, depuis sa création, il y a 44 ans, le prince zoulou, âgé de 91 ans, accepte finalement de passer la main.

Son successeur sera désigné, dimanche 25 août, lors de la conférence nationale qui se tient dans le KwaZulu-Natal. Cette figure politique qui s’est longtemps accrochée au pouvoir, à la tête de son parti, aura marqué l’histoire du pays.

Il n’aura jamais accompli le rêve qui l’a hanté toute sa vie, celui de créer un royaume Zoulou indépendant dans sa région du KwaZulu-Natal, au sud-est du pays. Ce rêve aura été enterré par son rival de toujours, Nelson Mandela.

Mangosuthu Buthelezi a pourtant débuté sa carrière politique en militant pour l’ANC mais, devenu Premier ministre régional du KwaZulu-Natal, il formera l’IFP en 1975. Opposé à la lutte armée, il souhaite se poser en alternative à l’ANC et est accusé de collaborer avec le pouvoir de l’apartheid.

La rupture entre les deux mouvements est définitive dans les années 80, lorsqu’éclate une guerre civile. Les nationalistes zoulous de l’Inkhata sont alors armés par le pouvoir blanc. Les affrontements feront plus de 10 000 victimes.

Après son élection, Nelson Mandela privilégiera la réconciliation en offrant à Mangosuthu Buthelezi le poste de ministre de l’Intérieur, poste qu’il occupera jusqu’en 2004.

Il laisse derrière lui un parti qui a beaucoup perdu de son prestige mais qui a regagné des voix, lors des dernières élections nationales.

À lire aussi → Afrique du Sud: les ennuis de l'ANC au Kwazulu-Natal

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.