Republier
Tunisie

Tunisie: l'homme d'affaires et candidat à la présidentielle Nabil Karoui arrêté

Nabil Karoui, le fondateur de la télévision Nessma TV.
© AFP/Fethi Belaid

Un des principaux candidats à la présidentielle du 15 septembre est sous les verrous. Nabil Karoui homme d'affaires et de medias - il dirige une des principales chaines privées du pays Nessma TV - a été arrêté ce vendredi 23 août alors qu'il était en déplacement à l'extérieur de la capitale.

Sous le coup d'une procédure depuis 2016, l'homme avait été inculpé au début de l'été pour « blanchiment d'argent » avec son frère. Mais il avait été laissé en liberté. D'où la stupéfaction de ses proches. Ses avocats dénoncent « une mascarade » et une procédure qui viole à la fois le code de procédure pénale et la Constitution tunisienne.

Quand l'homme d'affaires a été inculpé, il a été laissé en liberté. Les seules réserves posées par le juge d'instruction concernaient une interdiction de voyager et le gel de ses avoirs financiers. Sur ces deux derniers points, ses avocats ont fait appel.

Et c'est pour cela que la chambre de mise en accusation s'est réunie ce vendredi. Mais contre toute attente, elle a délivré un mandat de dépôt alors qu'elle n'avait pas été saisie sur ce point.

L'appel des avocats s'est en quelque sorte retourné contre leur client. « Une aberration juridique » pour Kamel Ben Messaoud, le président du collectif qui défend Nabil Karoui. « La chambre d'accusation a outrepassé ses pouvoirs », explique-t-il.

La défense du candidat déposera donc un pourvoi en cassation sans attendre, dès lundi. Elle dénonce une arrestation politique liée à la popularité de leur client.

Il n’y a aucun doute que la décision a été politique, parce qu’une telle aberration ne peut être commise par un juge impartial. C’est un juge qui est au service du pouvoir exécutif.

Me Kamel Ben Messaoud, avocat de Nabil Karoui
24-08-2019 - Par Marie-Pierre Olphand

En attendant d'autres développements, la candidature de Nabil Karoui reste valable, précise de son côté l'ISIE, l'Instance supérieure des élections. Valable tant qu'une décision de justice ne la compromet pas. La liste définitive des candidats doit être proclamée le 31 août.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.