Madagascar: huitième édition du Laboratoire de danse contemporaine

Sur scène, les mouvements de Géraldine Leong Sang se mêlent aux vers du poète Serge Creppy.
© Sarah Tetaud/RFI

A Madagascar, la génération montante de danseurs contemporains a eu la chance de participer, pendant deux semaines, à la huitième édition du Laboratoire de danse « Lab’Dihy » (« Dihy » signifie « danse » en malgache). Durant les deux semaines, une vingtaine de danseurs d’univers et de pays différents ont pu échanger et collaborer ensemble pour construire, jour après jour, des chorégraphiques originales et éphémères, aux sensibilités parfois diamétralement opposées.

Les corps sont en ébullition, les créativités, exacerbées. Sur scène, la danseuse malgache Géraldine Leong Sang et le poète franco-togolais Serge Creppy offrent un moment de grâce où gestuelle et paroles laissent le spectateur en apesanteur.

« Thérapie »

« Le fait de travailler avec Serge pendant cette période, ça a été comme une thérapie parce que c’est la course tous les jours et le laboratoire en lui-même, c’est un moment où tu te poses, où tu prends le temps de réfléchir à certaines choses auxquelles tu ne réfléchis pas dans d’autres occasions », précise Géraldine.

« Pour moi, c’est le moment d’entrer dans une collaboration qui peut-être deviendra quelque chose de pérenne et donc créer, comme ça, des connexions avec quelqu’un car en fait, c’est ça, c’est une rencontre finalement qui peut s’approfondir pour devenir peut-être un projet. Cela devient quelque chose qui enrichit notre expérience d’artiste », souligne pour sa part Serge Creppy.

Une véritable boîte à idées

Pour les danseurs moins expérimentés, ce laboratoire est une véritable boîte à outils, à idées, où chacun vient se nourrir pour se construire. Tony Ramangarivona et Tody Rafanomezantsoa, deux jeunes danseurs de la Compagnie Rabefidihy, sont ravis de cette première participation.

« Ces ateliers m’ont permis d’avoir beaucoup de sources d’inspiration pour mes prochaines créations », dit Tony. « Oui, ici, on s’enrichit tous les uns des autres, danseurs montants comme confirmés ! », ajoute, pour sa part, Tody. La vingtaine de danseurs est d’ores et déjà sélectionnée pour participer au « Festival 321 » qui aura lieu en août 2020, dans la capitale malgache.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.