Republier
Mali ONU

Accord d'Alger au Mali: l'ONU prolonge d’un an son régime de sanctions

Le Conseil de sécurité de l'ONU a prolongé jeudi 29 août à l'unanimité son régime général de sanctions au Mali qui peuvent être imposées aux individus contrevenant à l'accord de paix de 2015 (image d'illustration).
© REUTERS/Shannon Stapleton

Le Conseil de sécurité a adopté à l'unanimité jeudi 29 août une résolution renouvelant pour un an le régime de sanctions frappant certains individus, ainsi que la mission de surveillance du Panel d'experts, chargé de recenser les violations de l'accord de paix de 2015.

La séance du Conseil de sécurité a duré exactement deux minutes jeudi. La présidente polonaise a soumis aux voix le texte rédigé par la France. Unanimité, tous les ambassadeurs lèvent la main. Les 15 membres adoptent la résolution 2484.

Il faut dire que rien n'a beaucoup changé au Mali par rapport à l'année dernière. Les sujets d’optimismes sont rares. La proposition française s’appuyait sur le rapport annuel du Panel d’experts publié au début du mois. Dans ce long document d'enquête, les experts de l'ONU faisaient un tour d'horizon de la situation dans le pays et détaillaient tout ce qu'ils estiment être des violations de l'Accord d'Alger de 2015.

À Bamako, disent les experts de l'ONU, les promesses d'accélération des réformes institutionnelles n'ont pas été tenues. Le processus de désarmement et de réintégration de 63 000 combattants n'a pas commencé. Et la démission du Premier ministre Soumeylou Boubeye Maïga en avril n'a fait que ralentir les choses.

Dans le nord du pays, les experts démontrent que la situation est toujours aussi inextricable. Les querelles incessantes entre groupes armés ou à l’intérieur même des groupes politico-militaires minent tout effort de coordination des différents acteurs. À cela s’ajoute la collusion de certains éléments avec des groupes terroristes, notamment le Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans, le JNIM en arabe.

Les experts dénoncent la bureaucratie abusive perturbant l'aide humanitaire, particulièrement à Kidal. Et ils détaillent enfin les très lucratifs trafics – de migrants, de cannabis ou de cocaïne – auxquels s'adonnent dans le Sahel certaines personnalités connues, selon leur enquête : acteurs politiques, mais aussi complices de réseaux criminels actifs de la Mauritanie au Niger et de la Guinée Bissau au Sénégal. « Les intérêts des groupes armés dans le crime organisé, expliquent les experts, fournissent une motivation supplémentaire pour perturber ou ralentir la mise en œuvre de l'Accord d'Alger ».

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.