Ouganda: une fillette congolaise contrôlée positive au virus Ebola

Le point de passage de Mpondwe, entre la RDC et l'Ouganda, le 13 juin 2019.
© REUTERS/James Akena

L'enfant était arrivée la veille de République démocratique du Congo, a indiqué le ministère ougandais de la Santé jeudi 29 août.

La fillette de 9 ans a été prise en charge après avoir subi un test positif au virus Ebola. L'enfant était arrivée mercredi au point de passage de Mpondwe, à la frontière entre la RDC et l'Ouganda, pour aller obtenir une aide médicale à Bwera, dans le district de Kasese, dans le sud-ouest du territoire ougandais, a expliqué le ministère ougandais de la Santé dans un communiqué jeudi. Il a précisé qu'elle avait été contrôlée à la frontière et qu'elle n'était entrée en contact avec personne sur le territoire ougandais.

Cette fillette a été identifiée par notre équipe qui gère le point de passage de Mpondwe. Au contrôle, elle a présenté des signes d’Ebola et a été immédiatement été prise à l'écart. Nous avons toujours une ambulance à disposition, et elle a été confiée à cette équipe. Des prises de sang ont été réalisées et envoyées à Kampala pour être analysées. Ce jeudi, les résultats sont revenus et l'enfant est positif à Ebola. Cette fillette a donc été prise en charge.

Irene Nakasita, chargée de communication de la Croix-Rouge ougandaise
30-08-2019 - Par RFI

La Croix-Rouge qui tient à rassurer : « Personne n'entrera en Ouganda avec Ebola », assure Irene Nakasita.

En juin, trois membres d'une même famille étaient morts en Ouganda après avoir contracté Ebola en RDC. Mais fin juillet, l'Organisation mondiale de la santé avait déclaré l'Ouganda libre d'Ebola, aucun autre cas n'ayant été signalé entretemps.

Selon l'OMS, au 28 août en RDC, on comptait 3004 cas d’Ebola confirmés et probables et 1998 décès.

L'ONG Oxfam, déployée sur le terrain pour lutter contre l'épidémie, appelle à une meilleure formation et un meilleur équipement pour les agents de santé locaux en première ligne. Dans un communiqué, Corinne N'Daw, directrice nationale d'Oxfam en RDC, s'inquiète de constater que le processus de dépistage d'Ebola, qui repose sur l'utilisation d'un thermoflash pour repérer tout cas potentiel, ne semble pas fonctionner.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.