Burkina Faso: après le procès du putsch, le temps des autres gros dossiers

Une affiche à Ouagadougou, Burkina Faso, qui demande la vérité dans l'affaire Zongo.
© AHMED OUOBA / AFP

Une page se tourne avec les verdicts rendus au terme du procès des auteurs du putsch manqué de 2015. Mais d'autres procédures sont lancées, qui pourraient donner lieu à des procès tout aussi emblématiques. À commencer par le dossier de la répression de l'insurrection populaire d'octobre 2014 qui avait entraîné la chute de Blaise Compaoré. Où en est-on dans cette affaire ?

Ouvert en avril 2017, le procès de 32 anciens ministres a été rapidement suspendu. Parmi les accusés, l'ancien président Blaise Compaoré. En raison de son immunité de chef d'État, il est jugé en tant que ministre de la Défense. Ces ministres sont accusés de « complicité d'homicide et blessures volontaires » pour avoir participé au Conseil des ministres au cours duquel, le 29 octobre 2014, a été décidé de la réquisition de l'armée pour réprimer les manifestations, en faisant usage, au besoin, d’armes à feu. L'intervention des militaires s'était soldée par la mort de 33 personnes - mais le procès ne porte que sur 7 décès - et en avait blessé 88 autres. Maintenant que l'affaire du putsch manqué est jugée, ce procès pourrait être reprogrammé très rapidement.

« Délicat » volet militaire

Quant au volet militaire, plusieurs officiers a été inculpés par le tribunal de grande instance. Ils commandaient les unités qui ont tiré sur les manifestants. « Ce dossier ne semble pas beaucoup avancer. Il est peut être trop délicat », estime une source proche du dossier.

Autre affaire particulièrement emblématique : celle de l'assassinat de l'ancien journaliste Norbert Zongo. François Compaoré, le frère de l'ancien président, est en instance d'extradition en France, en liberté sous contrôle judiciaire.

Le procès le plus attendu : l'assassinat de Thomas Sankara

Par ailleurs, le général Gilbert Dienderé est inculpé dans le dossier Dabo Boukari, cet étudiant qui avait été interpellé par l'ancienne garde rapprochée de Blaise Compaoré en 1990 après des manifestations. Il aurait été torturé.

Enfin, le procès le plus attendu : celui de l'assassinat de Thomas Sankara. Selon un avocat, le juge d'instruction a terminé son enquête. Le dossier doit passer la chambre de contrôle avant la phase du jugement. « Peut-être avant la fin de l'année », espère-t-il.

→ Revoir le webdoc Qui a fait tuer Sankara ?

→ Réécouter Appels sur l'actualité : [Vos réactions] Burkina Faso: Sankara et Zongo

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.