Djibouti: inquiétudes après l’arrestation de six enseignants

Une rue de Djibouti (image d'illustration).
© Wikimedia Creative Commons/CC BY 3.0

À Djibouti, la Ligue djiboutienne des droits des droits humains (LDDH) lance l'alerte. Voilà plus de deux mois que six enseignants sont derrière les barreaux. Accusés d'avoir fait fuiter des sujets du bac, les prévenus démentent et dénoncent un procès politique. En grève de la faim depuis le 26 août pour dénoncer leur arrestation, le président de la LDDH s'inquiète de leur situation et demande leur libération immédiate et sans condition alors que ces six prévenus doivent être entendus devant la Cour suprême dimanche prochain.

Ce sont des gens qui n’ont rien fait. Leurs sujets n’ont pas été fuités, leur dossier est totalement vide.

Omar Ali Ewado, président de la Ligue djiboutienne des droits humains (LDDH)
03-09-2019 - Par Léa-Lisa Westerhoff

À lire aussi : Djibouti: l’opposant Abdourahman Guelleh a pu sortir du pays

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.