Burundi: les femmes et les enfants de plus en plus victimes de la crise politique

Une vue de Bujumbura, capitale du Burundi.
© © AFP/Carl de Souza

A l'approche des élections au Burundi, l'inquiétude de la Ligue Iteka est grande. Cette organisation membre de la Fédération internationale des Ligues des droits de l'homme (FIDH) dresse un bilan noir de la situation depuis le début de l'année. Des centaines de morts et surtout une recrudescence chez les femmes et les enfants.

264 personnes tuées, dont près de la moitié de cadavres abandonnés dans les rues, comme en 2015 au début de la crise. 573 Burundais arrêtés, 194 torturés, 34 portés disparus avec une part de plus en plus importante de femmes et d'enfants. Et ces chiffres ne sont sans doute qu'une estimation au vu de la difficulté des organisations de défense des droits de l'homme à travailler sur le terrain. Anschaire Nikoyagize, président de la Ligue Iteka («dignité» en kirundi, la langue nationale) témoigne.

Les victimes sont surtout les membres de partis d’opposition

Anschaire Nikoyagize, Ligue Iteka
04-09-2019 - Par Sonia Rolley

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.