Au Mozambique, le pape François évoque la paix et la réconciliation

Le pape François lors de son discours à Maputo, Mozambique, le 5 septembre 2019.
© REUTERS/Yara Nardi

Le pape François est arrivé mercredi soir au Mozambique, première étape d’un voyage d’une semaine. Dans son premier discours, prononcé ce jeudi matin, François a longuement salué l’accord de paix récemment conclu dans ce pays.

Avec notre correspondant à Maputo,Xavier Le Normand

Après avoir été accueilli mercredi soir par des chants et des danses, le pape François s’est exprimé ce jeudi matin devant les autorités du Mozambique. Un mot a été martelé tout au long de son discours d’une dizaine de minutes : la paix. Il faut rappeler que le gouvernement et l’opposition sont parvenus début août à un accord mettant fin à des années d’hostilités parfois violentes.

Plutôt que la « lutte fratricide », cette entente permet d’entrevoir un « avenir redessiné de paix et de réconciliation », s’est ainsi réjoui le pape. Les Mozambicains, a-t-il salué, ont le « courage de la paix », celui de se reconnaître les uns les autres comme « fils d’une même terre ».

Toutefois, le chef de l’Église catholique a mis en garde contre la tentation d’une fausse paix qui ne serait qu’une simple absence de conflits. Pour la vraie paix, il faut un « engagement inlassable » de tous pour la dignité de chacun, a-t-il expliqué. Ce qui demande notamment de lutter contre la « tendance au pillage et à la spoliation » qui – selon lui – existe dans ce pays.

Quelques instants plus tard, entouré de milliers de jeunes de toutes religions, le pape François a invité la jeunesse mozambicaine à relever « le défi de la paix ». S’ils agissent « tous unis et sans barrières », les jeunes auront une « force immense » pour ouvrir une « brèche d’espérance », a-t-il promis comme pour indiquer la marche à suivre.

Enfin, lors de son dernier discours de la journée,  le pape François a exhorté les « forces vives » de l’Église catholique locale à accompagner ce chemin de paix et de développement. Comme pour illustrer lui-même cette demande, le souverain pontife a clos sa journée dans la discrétion, par une visite privée dans un centre d’accueil pour enfants des rues. Le pape François restera au Mozambique jusqu’à vendredi soir, où il s’envolera vers Madagascar avant de poursuivre deux jours plus tard vers l’ile Maurice.

Ce vendredi, l’espérance devrait de nouveau être au cœur des paroles du souverain pontife. Dans la matinée, il doit ainsi se rendre dans un hôpital catholique, accompagnant en particulier des femmes atteintes du VIH. Là, le pape pourrait délivrer des mots d’encouragement, tant pour les malades que pour leurs soignants. Ensuite, le pape François doit célébrer une messe devant des dizaines de milliers de personnes.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.