RDC: dans un clip vidéo, Félix Tshisekedi défend son programme et son action

Félix Tshisekedi, président de la République démocratique du Congo, a délivré un message solennel aux Congolais dimanche soir dans un clip vidéo diffusé à la télévision.
© STRINGER / AFP

Le président congolais Félix Tshisekedi a diffusé un message vidéo dimanche soir à la télévision publique, mais il n'a pas évoqué l'affaire dite des « 15 millions » de dollars prétendument détournées des caisses du Trésor public.

Fond musical, montage soigné à base d’images d’archives… C’est un message en forme de clip de communication qu’a diffusé la présidence dimanche soir. Pendant environ cinq minutes, le chef de l’Etat congolais y défend son programme des 100 jours et se livre à un plaidoyer en faveur d’un « changement des mentalités ». En interpellant notamment les « responsables » politiques du pays.

« A ceux qui sont responsables de la gestion des affaires publiques, le premier signe visible du changement sera celui de votre comportement, de votre compétence dans la gestion de la mission qui vous est confiée par le peuple congolais. Nous sommes au service exclusif des Congolaises et des Congolais. »

« Cette vidéo n’est pas une communication de crise. Et n’a rien à voir avec l’affaire des « 15 millions » (…) » assure-t-on du côté de la présidence. Une chose est sûre, le chef de l’Etat n’y répond pas aux nombreuses questions que se posent les Congolais sur cette affaire, et dans laquelle plusieurs hauts responsables sont cités, dont son directeur de cabinet, Vital Kamerhe.

Parallèlement hier, l’IGF, l’Inspection générale des finances, placée sous l’autorité du chef de l’Etat, avait convoqué la presse pour une déclaration, annulée à la dernière minute.

Motif invoqué aux journalistes déjà sur place : « un problème de coordination avec la hiérarchie ». Fin août, le directeur de cabinet de Felix Tshisekedi avait demandé à l’IGF de suspendre une autre enquête en cours, portant cette fois sur toutes les dépenses des ministères depuis l’arrivée au pouvoir du nouveau président.

► Dans une interview à Jeune Afrique diffusée hier dimanche, Vital Kamerhe, le directeur de cabinet du chef de l’Etat, silencieux sur ce sujet jusqu’à présent à démenti toute implication. « Mon nom n’est pas cité dans le rapport de l’IGF » s’est-il défendu. Il a aussi nié l’existence même d’un détournement, sans toutefois donner d’explication sur ce que sont devenus ces 15 millions de dollars. Sur ce point il renvoie la balle au ministre de l’Economie. Pour rappel, ces 15 millions de dollars présumés disparus correspondent à 15% de retenu opérée par l’Etat congolais, sur une somme de 100 millions de dollars destinés à l’origine à des compagnies pétrolières. D’après les informations recueillies par RFI, La Cour de cassation saisie du dossier poursuit actuellement une enquête préliminaire sur le sujet.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.