Republier
Mali Transport

Nord du Mali: accord sur la réhabilitation des routes à Gao

La ville de Gao dans le nord du Mali.
© Souleymane Ag Anara / AFP

Un accord trouvé a été trouvé à Gao, dans le nord du Mali, entre les habitants et le gouvernement pour la réhabilitation des routes. Il survient après de longues négociations. Accord également trouvé à Ménaka en fin de journée vendredi.

La délégation gouvernementale est arrivée ce jeudi dans la soirée à l'aéroport de Gao avec pour mission de trouver un terrain d'entente avec les manifestants. Et tôt dans la matinée, ce vendredi, c'était chose faite. La rénovation des routes de l'intérieur de la ville devrait commencer dès demain samedi, selon l'accord signé entre les membres du gouvernement et les représentants des manifestants.

Attendre un peu pour la RN16

En revanche, il faudra attendre pour la restauration de la route Gao-Sévaré, la RN16 qui relie la ville du Nord au centre du Mali. Selon le texte, les travaux démarreront dans six mois au plus tard. Jusqu'à présent, le long de cet axe dégradé, nombreux sont les accidents, braquages et explosions de mines artisanales.

Une hausse de l'insécurité perçue et dénoncée par les habitants de Gao. Ils ont obtenu que les forces de sécurité malienne escortent les bus de Gao vers Kona, un tronçon qui passe par Hombori, Boni ou Douentza. Une zone très exposée à l'insécurité où les forces armées maliennes sont souvent victimes d'attaques.

Deuxième accord de la semaine

Mercredi, un précédent accord avait été trouvé à Tombouctou. Mais ces deux avancées comportent des zones d’ombre, notamment sur le financement de ces projets. Dans l'accord de Gao, le coût des travaux n'est pas spécifié. Qui va donc payer : l'État malien ou les autorités avec l'aide d'une institution internationale ? Pour l'heure, la question reste ouverte.

Dans l’autre foyer de contestation du nord du Mali, à Tombouctou, les membres du gouvernement se sont engagés à reprendre les travaux de la route Niafunké-Ngoma-Coura, suspendus après une attaque djihadiste. Des travaux qui étaient financés à l'époque par l'Union européenne.

Le soulagement à Ménaka

Après Tombouctou et Gao, c'est à Menaka qu'une délégation gouvernementale s'est rendue ce vendredi pour négocier la fin du mouvement de protestation de citoyens exaspérés par l'état dégradé de leur région et notamment de leurs infrastructures routières. Le chantier de la route reliant Menaka et Ansongo sera rapidement lancé et l'alimentation en électricité sera permanente, selon l'accord signé en fin de journée.

Selon le porte-parole du collectif citoyen La Paix pour Menaka Harouna Ibatane, les engagements pris sont un soulagement.

On a un sentiment de satisfaction. Pour la première fois, trois ministres se déplacent pour venir recueillir nos problèmes. C'est un grand ouf de soulagement avec la signature de ce protocole d'accord qui met fin à cinq jours de sit-in. Je pense que chacun va honorer ses engagements comme nous avons honoré notre engagement en levant directement nos différentes barricades juste après la signatures de l'accord

Harouna Ibatane
14-09-2019 - Par Léonard Vincent

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.