La Tanzanie renoue avec la Banque mondiale et obtient 450 millions de dollars

Kristalina Gueorguieva, présidente de la Banque mondiale, à Paris, le 23 août 2019.
© REUTERS/Gonzalo Fuentes

L'institution publique vient de lever la suspension de ses interventions financières dans le pays. Elle a approuvé un prêt de 450 millions de dollars. Une première tranche sur un montant plus important bloqué il y a un an.

C'était il y a un an. La Banque mondiale gelait un versement d'1,7 milliard de dollars suite à l’application stricte d’une loi interdisant la scolarité à toute fille enceinte et au renforcement du contrôle de l’État sur la production de statistiques officielles. Mais le dialogue n’avait pas été rompu.

L’institution financière internationale, qui annonce ce vendredi la levée de la suspension, dit reconnaître les efforts du gouvernement tanzanien. Celui-ci a renoncé à modifier la loi sur les statistiques et s’est engagé à aider toutes les filles renvoyées suite à leur grossesse à achever leur scolarité.

Éducation, pauvreté et infrastructures

L’enveloppe promise est composée de prêts et de subventions à faible taux d'intérêt. Notamment un prêt de 400 millions de dollars pour l'éducation et un autre de 300 millions de dollars pour un programme de réduction de la pauvreté.

Une autre partie est destinée au financement de divers projets, comme la construction de routes, l'accès à l’eau et à l’énergie, ainsi que les technologies de l'information et de la communication.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.