Republier
Belgique RDC

Belgique: signature de protocoles d’accord lors de la visite du président Tshisekedi

Le président congolais, Félix Tshisekedi, avec le roi des Belges, le roi Philippe, au palais royal de Bruxelles, le 17 septembre 2019.
© REUTERS/Francois Lenoir

La visite d’État de Félix Tshisekedi en Belgique se poursuit. Ce mardi le président congolais a d’abord été reçu avec les honneurs militaires par le Premier ministre Charles Michel. Les deux pays ont signé quelques textes symboliques pour la reprise de la coopération avant que le chef de l’État de RDC soit reçu par le roi des Belges.

C’est une visite à grande pompe avec un programme chargé à laquelle se prête Félix Tshisekedi. Il y a une volonté de part et d’autre de montrer qu’une certaine page est tournée, alors que sur les dernières années de la présidence de Joseph Kabila, les deux pays étaient à couteaux tirés. Kinshasa avait expulsé les officiers belges et suspendu la coopération militaire. Des consulats avaient été fermés et la Belgique avait ouvertement réorienté son aide au pays vers la société civile. L’Union européenne avait fait de même, mais sans le dire ouvertement.

Le chef de l’Etat congolais espère en tout cas que la Belgique lui servira de porte d’entrée pour relancer la coopération avec l’Union européenne. C’est en partie pour revenir sur ces différents accrocs que le président Tshisekedi et le Premier ministre Charles Michel ont signé plusieurs documents ce mardi matin.

Trois textes au lieu des quatre prévus initialement. Celui sur la reprise de la coopération militaire est toujours en cours de négociations. Il faut plus de réunions de planification, explique la présidence congolaise. Ce qui n’est pas sans créer de la déception chez ses interlocuteurs belges. Des protocoles d’accord qui ne sont pas contraignants, mais qui devraient permettre une certaine normalisation entre les deux pays.

Une visite au patronat

Alexander de Croo, vice-Premier ministre belge en charge de la coopération
17-09-2019 - Par Sonia Rolley

Néanmoins, la page n’est pas complètement tournée, a expliqué le vice-Premier ministre belge en charge de la coopération, Alexander de Croo, avant la rencontre. Le programme de coopération en cours avec la RDC n’est en effet qu’un programme de transition, en attendant la formation d’un nouveau gouvernement belge. Surtout, dit le ministre, en attendant que le gouvernement congolais fasse lui-même la preuve de sa volonté d’améliorer les conditions de vie des Congolais.

Après le Premier ministre, le chef de l’État congolais a été reçu par le roi des Belges, le roi Philippe. Félix Tshisekedi a laissé un mot sur le livre d’or du palais royal, mais la presse n’a pas été autorisée à le photographier. Enfin, la dernière rencontre importante de la journée a été sa rencontre avec le patronat au siège de la fédération des entreprises belges. Les entrepreneurs belges étaient nombreux, eux aussi ont pâti de la brouille.

Pour Felix Tshisekedi, cette visite est importante à plus d’un titre. Le chef de l’Etat congolais l’a dit aux entrepreneurs belges, il espère que ce rapprochement avec la Belgique lui offrira une « porte d’entrée » pour la reprise de la coopération avec l’Union européenne. Car comme la Belgique, l’UE avait fait le choix sous la présidence de Joseph Kabila de réorienter son aide vers la société civile, au détriment de l’Etat congolais, au vu de la dégradation de la situation politique.

Mais cette visite n'a pas fait que des heureux. Des dizaines de Congolais ont tenté de manifester avant d’être repoussé par la police belge, loin de tout site officiel. Ils reprochent à la Belgique de recevoir le président Félix Tshisekedi alors que son élection était contestée.

On ne peut pas dire que l‘ancien président n’est plus aux commandes des Affaires étrangères. Lorsqu’on regarde de la composition du gouvernement, on se rend compte qu’il y a eu une répartition des tâches : on a les Affaires étrangères pour Tshisekedi et la coopération internationale et régionale pour Kabila. Ce qui veut dire que Kabila pourra toujours continuer à peser dans le cadre des relations entre le Congo et ses pays voisins et continuer à jouer un rôle assez important dans les relations internationales et la coopération internationale.

Bob Kabamba
17-09-2019 - Par Coralie Pierret

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.