Présidentielle tunisienne: Nidaa Tounès, les raisons d'un échec

Vote de Abdelkarim Zbidi, ministre de la Défense et candidat à l'élection présidentielle, à Sousse, Tunisie, le 15 septembre 2019.
© REUTERS/Amine Ben Aziza

Au terme de l'élection présidentielle en Tunisie, les grands perdants semblent être les membres du parti au palmier, Nidaa Tounès, qui était pourtant au pouvoir. Le candidat qu'il soutenait, Abdelkarim Zbidi, est en passer de terminer quatrième avec 10,1% des voix.

Nidaa Tounès avait pourtant connu une ascension fulgurante après le « printemps arabe » mais son avenir parait bien sombre après ce revers. Parmi les raisons évoquées, il y a notamment le bilan économique, qui n'a pas convaincu les électeurs, mais aussi des raisons structurelles.

Pour analyser l'échec de Nidaa Tounès à la présidentielle tunisienne, il faut remonter le temps. Le président défunt Béji Caïd Essebsi crée ce parti en 2012 après avoir quitté le poste de Premier ministre. Ce mouvement se voulait anti-islamiste, en opposition à Ennahdha qui, en octobre 2011, dans la foulée de la révolution, venait de remporter la majorité à l'Assemblée nationale constituante.

Mais historiquement, Nidaa Tounès était privé de base. Pour exister, le parti a regroupé différents courants, de gauche et de centre-droit ainsi que des anciens du régime Ben Ali. Cette stratégie a d'abord été payante puisque Nidaa Tounès remportera les premières législatives et la présidentielle en 2014. Or, pour gouverner, la formation fera mentir sa campagne et s'unira à Ennahdha.

Dissensions

Progressivement, des dissensions apparaissent au sein de Nidaa Tounès, autour notamment de la personnalité clivante du fils de Béji Caid Essebsi, Hafedh, qui gravit les échelons jusqu'au sommet du parti. Dans ce conflit, il y un an, le Premier ministre Youssef Chahed s'était vu mis à pied par le parti. Youssef Chahed fera finalement scission et fondera de son côté Tahya Tounès. Résultat : plus aucune unité  au sein de Nidaa Tounès.

Cette année, jusqu'au dernier jour de campagne, on comptait pas moins de huit candidats issus ou proches de ses rangs pour cette présidentielle. Mais juste avant le silence électoral, deux d'entre eux se sont ralliés au ministre de la Défense Abdelkarim Zbidi, la candidature officiellement soutenue par le parti mais qui n'a visiblement pas remporté l'adhésion des Tunisiens.

À lire aussi : Tunisie: Nidaa Tounes au bord de l'implosion?

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.