L'ONG Action contre la faim déclarée persona non grata par l'armée nigériane

Des soldats de l'armée nigériane au cours d'un exercice en avril 2018.
© STEFAN HEUNIS / AFP

C'est ce qu'a annoncé un porte-parole de l'armée nigériane dans un communiqué, le 20 septembre. Mercredi, cette même armée avait contraint l'ONG à fermer son bureau de Maiduguri (nord-est du Nigeria) en proie à une insurrection jihadiste, et ce « sans préavis, ni explication » selon l'ONG. L'armée nigériane accuse Action contre la faim d'avoir « aidé » la branche de Boko Haram affiliée au groupe État islamique en lui fournissant des « médicaments » et « de la nourriture ».

Tout s'est précipité mercredi soir. Des employés d'Action contre la faim à Maiduguri racontent avoir vu des véhicules militaires de l'armée nigériane se poster devant les locaux de l'ONG puis contraindre l'équipe à évacuer et à fermer les bureaux. Le directeur d'Action contre la faim au Nigeria s'est alors dit « très surpris », assurant n'avoir « aucune information » sur le motif de cette fermeture imposée.

Ce n'est que jeudi que l'armée a donné une explication officielle. Dans un communiqué, le colonel Isa Ado, porte-parole de l'opération chargée de lutter contre les groupes jihadistes dans le nord du Nigeria, a accusé l'ONG de mener des activités « malsaines » et « subversives » en soutien à des combattants de Boko Haram/Branche État islamique, et d'avoir notamment continué à leur fournir « des médicaments et de la nourriture » malgré des « avertissements répétés » de l'armée, selon la version de ce porte-parole.

L'ONG n'a pas encore réagi à ces accusations. La veille, suite à la fermeture brutale de son bureau à Maidiguri, elle avait seulement appelé les autorités du pays à la laisser travailler et regretté que cette fermeture ne la force à suspendre immédiatement ses programmes qui apportent un soutien à des millions de personnes vulnérables dans cette région en crise.

Rappelons que depuis juillet dernier, six employés d'ACF sont détenus par la branche de Boko Haram affiliée à l'État islamique que l'armée les accuse aujourd'hui d'« aider ».

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.