RDC: les soutiens de Fayulu marchent pour les victimes du 19 septembre 2016

Le 19 septembre 2016, des manifestations pour demander la tenue de l'élection présidentielle avaient été réprimées dans le sang (image d'archives).
© AFP/EDUARDO SOTERAS

Des centaines de militants du parti de l'opposant Martin Fayulu ont marché jeudi à Kinshasa pour honorer les victimes de la répression policière du 19 septembre 2016. Cette date marquait la fin théorique du dernier mandat de Joseph Kabila qui est finalement resté au pouvoir jusqu'à début 2019.

Les partisans de l’Engagement pour la citoyenneté et le développement (Ecidé) de Martin Fayulu ont tenu à honorer jeudi les victimes du 19 septembre 2016, date où la répression policière s’était abattue sur des manifestants venus demander le départ de Joseph Kabila et la tenue d'une élection présidentielle. Ce jour-là, Augustin et Bofi Boyika avaient pris part à la marche : « On revendiquait nos droits, mais malheureusement, certains de nos confrères ont perdu la vie ». Selon l’opposition, cinquante personnes avaient été tuées au cours d'émeutes avec la police, le gouvernement parle évoque lui seulement quatorze.

Mais la marche s’est aussi déroulée sur fond de slogans contre le nouveau pouvoir et de revendications de la victoire de Martin Fayulu à la présidentielle. « Nous commémorons aujourd’hui la mémoire. Ils sont morts pour le Congo, témoigne un participant, avant d’ajouter : Je pourrais être très content si le résultat des urnes était prononcé tel qu’il était. »

« Le sang des martyrs sert de ferment à la démocratie »

Munis des drapeaux de leur parti, les militants affluent jusqu'à la paroisse Saint-Joseph, dans la commune de Kalamu. Sur la grille de la concession catholique, des photos de quelques victimes. Gabriel est convaincu que le sang des martyrs était nécessaire pour la démocratie. « Ces images me rappellent l’horreur, explique-t-il. Il y a un devoir de mémoire da la part des Congolais parce que le sang des martyrs sert de ferment à la démocratie pour tout peuple. »

Parmi les blessés graves de ce 19 septembre 2016, Steve évoque un militant de l'actuel parti présidentiel : « Ce garçon-là sur la photo, c’est un militant de l’UDPS. Aujourd’hui, ils mangent des hamburgers ! Ironise-t-il. Ils ne vont pas venir ici… »

Insaisissables, les partisans accueillent leur leader Martin Fayulu accompagné de son allié Adolphe Muzito, pour la messe en mémoire des victimes.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.